Morano dit avoir reçu des excuses de Val après une algarade avec Aram sur France Inter

© 2012 AFP
— 
La ministre de l'Apprentissage, Nadine Morano, a affirmé jeudi qu'elle avait reçu des excuses de la part du directeur de France Inter Philippe Val après une algarade avec l'humoriste Sophia Aram la veille sur la station de service public.
La ministre de l'Apprentissage, Nadine Morano, a affirmé jeudi qu'elle avait reçu des excuses de la part du directeur de France Inter Philippe Val après une algarade avec l'humoriste Sophia Aram la veille sur la station de service public. — Bertrand Guay afp.com

La ministre de l'Apprentissage, Nadine Morano, a affirmé jeudi qu'elle avait reçu des excuses de la part du directeur de France Inter Philippe Val après une algarade avec l'humoriste Sophia Aram la veille sur la station de service public. «Il m'a téléphoné pour s'excuser et pour me dire que cette chronique n'était pas du tout humoristique, qu'elle était blessante et vulgaire, et qu'il l'avait dit à cette personne», a déclaré Mme Morano sur RMC et BFMTV.

En conclusion d'un billet d'humeur mercredi matin, Sophia Aram avait qualifié la ministre de «vulgaire», suscitant une vive réaction de Nadine Morano à l'antenne. Etonnant, la version de France Inter diffère. Citée par le quotidien Libération de jeudi, la direction de France Inter a démenti que Philippe Val ait présenté des excuses: «Philippe Val a appelé Nadine Morano parce qu'il y a eu un incident d'antenne, mais il n'y a jamais eu d'excuses».



La chroniqueuse de France Inter a rarement sa langue dans sa poche. En 2010, elle avait par exemple osé: «Je veux bien admettre que  [les électeurs] ont des raisons valables d'être en colère. (...) Mais  entre quelqu'un qui penserait que tous ces malheurs sont dus à la  présence d'étrangers en France et un gros con, j'ai du mal à faire la  différence». Ce qui lui vaut depuis des menaces et de vivre sous protection policière.

En juin 2010, l'humoriste Stéphane Guillon, lui aussi corrosif, et notamment auteur de chroniques au vitriol sur Eric Besson et Dominique Strauss-Kahn, avait été congédié de la station. 

>> A lire, Stéphane Guillon: «Je ne crois pas à l'influence de la politique»...