Mélenchon refuse la «TVA prétendument sociale»

© 2012 AFP

— 

Jean-Luc Mélenchon, candidat du Front de gauche à l'Elysée, a vivement critiqué lundi sur France Info la "TVA prétendument sociale" évoquée par Nicolas Sarkozy lors de ses voeux présidentiels.
Jean-Luc Mélenchon, candidat du Front de gauche à l'Elysée, a vivement critiqué lundi sur France Info la "TVA prétendument sociale" évoquée par Nicolas Sarkozy lors de ses voeux présidentiels. — Jean-Christophe Verhaegen afp.com

Jean-Luc Mélenchon, candidat du Front de gauche à l'Elysée, a vivement critiqué ce lundi sur France Info la «TVA prétendument sociale» évoquée par Nicolas Sarkozy lors de ses voeux présidentiels. «Le problème avec cet homme, c'est qu'il continue à appliquer de manière aveuglée son petit catéchisme libéral écrit il y a plus de vingt ans par des Reagan et des Thatcher et qui ne correspond en rien à la situation dans laquelle on vit», a déclaré l'eurodéputé à propos de ce projet annoncé le 31 décembre par Nicolas Sarkozy. Ce dernier a assuré que le financement de la protection sociale ne pouvait «plus reposer principalement sur le travail, si facilement délocalisable», ajoutant qu'il fallait «faire contribuer financièrement les importations qui font concurrence à nos produits avec de la main-d'oeuvre à bon marché».

Pour Jean-Luc Mélenchon, «ils appellent ça TVA anti-délocalisation. Mais quelle mauvaise plaisanterie! Si l'on veut lutter contre la délocalisation, il faut empêcher que les entreprises délocalisent pour profiter du dumping social, c'est-à-dire du fait que les marchandises coûtent moins cher ailleurs parce que le travail est moins bien payé» et parce que la production se fait «dans des conditions environnementales lamentables». «Donc on met des visas d'entrée aux marchandises, pas besoin de TVA sociale pour faire ça», a déclaré Jean-Luc Mélenchon.