Sarkozy présente les derniers voeux de son mandat, sur fond de sombres perspectives économiques

POLITIQUE Nicolas Sarkozy s'exprimera à 20H samedi soir...

© 2011 AFP

— 

Le chef de l'Etat aborde la dernière ligne droite de son mandat en position inconfortable, avec une cote de popularité relativement basse (33% à 38% selon les différents instituts de sondages) - malgré une remontée ces dernières semaines -, qui traduit les inquiétudes des Français face aux sombres perspectives de la situation économique et sociale.
Le chef de l'Etat aborde la dernière ligne droite de son mandat en position inconfortable, avec une cote de popularité relativement basse (33% à 38% selon les différents instituts de sondages) - malgré une remontée ces dernières semaines -, qui traduit les inquiétudes des Français face aux sombres perspectives de la situation économique et sociale. — Michel Euler afp.com

Nicolas Sarkozy présente samedi soir aux Français les derniers voeux de son quinquennat à quatre mois d'un élection présidentielle incertaine pour lui, alors que le chômage continue de progresser et que la France est menacée de perdre son triple A.

Le chef de l'Etat aborde la dernière ligne droite de son mandat en position inconfortable, avec une cote de popularité relativement basse (33% à 38% selon les différents instituts de sondages) - malgré une remontée ces dernières semaines -, qui traduit les inquiétudes des Français face aux sombres perspectives de la situation économique et sociale. Au soir du 31 décembre, M. Sarkozy devrait donc s'attacher à rassurer ses concitoyens peu enclins à se laisser bercer par d'illusoires promesses après trois années de crise quasi-ininterrompues.

Une allocution scrutée

Comme les années précédentes, son allocution de près de dix minutes, enregistrée au palais de l'Elysée, sera retransmise en léger différé à 20H00 sur TF1, France 2, France 3, Canal+, M6 et les chaînes d'information en continu. Son intervention du 31 décembre 2010 avait été regardée par 11,1 millions de téléspectateurs.

Elle sera scrutée par l'opposition, d'autant que celle-ci accuse M. Sarkozy d'être dores et déjà en campagne pour sa réélection. Or si sa candidature ne fait aucun doute dans son camp, elle ne devrait pas être dévoilée, selon ses proches, avant fin février. Le porte-parole du Parti socialiste, Benoît Hamon, a annoncé une conférence de presse samedi à 20H15, immédiatement après les voeux présidentiels.

Emploi, chômage, triple A

Ni trop pessimiste pour ne pas aiguiser l'inquiétude des Français, ni trop optimiste, les marges de manoeuvres du gouvernement face à la crise étant étroites, cette intervention s'annonce comme un délicat exercice d'équilibrisme. Vu sa courte durée, à l'heure où l'on s'apprête à réveillonner, elle n'est pas non plus le lieu propice à de trop longues explications. M. Sarkozy devrait viser les sujets prioritaires aux yeux des Français.

Celui de l'emploi apparaît comme le plus sensible, alors que le chômage est à son plus haut niveau depuis douze ans (2,8 millions de chômeurs recensés en novembre) et constitue de ce fait le principal défi de la fin du quinquennat. Toutefois, le président ne devrait pas faire d'annonces, réservant celles-ci pour le sommet sur l'emploi, prévu le 18 janvier à l'Elysée.

Le président devrait également évoquer le fameux triple A de la France, menacé de se voir dégradé d'un, voire deux crans, dans un proche avenir. Là aussi, il devra faire preuve d'équilibrisme: après avoir, pendant des mois, fait du maintien de cette note d'excellence un objectif incontournable, il devrait rééxpliquer, comme il l'a récemment fait dans le Monde que finalement, la perte du AAA serait «une difficulté de plus, mais pas insurmontable», qu'il est prêt à affronter «avec sang-froid et calme». Nicolas Sarkozy pourrait également évoquer ses relations avec l'Allemagne, alors que l'axe franco-allemand qu'il s'est attaché à consolider, constitue le pilier de la zone euro. Un déplacement à Berlin est d'ailleurs prévu début janvier.

Cette intervention constitue la première étape d'un marathon de voeux qui conduira le président un peu partout en France tout au long du mois de janvier - à commencer par Metz le 1er janvier pour saluer les personnels ayant travaillé la nuit de la Saint-Sylvestre - avec un crochet envisagé par la Guyane les 21 et 22.

>> Pour le florilège des autres voeux, c'est par ici...