Rachida Dati se défend bec et ongles contre les «héritiers» et les propos «pas élégants»

© 2011 AFP

— 

L'eurodéputée Rachida Dati, en conflit avec François Fillon pour une circonscription parisienne, s'est défendue bec et ongles vendredi contre les attaques dont elle s'estime la cible, pourfendant les "héritiers" et les propos "pas élégants".
L'eurodéputée Rachida Dati, en conflit avec François Fillon pour une circonscription parisienne, s'est défendue bec et ongles vendredi contre les attaques dont elle s'estime la cible, pourfendant les "héritiers" et les propos "pas élégants". — Bertrand Langlois afp.com

L'eurodéputée Rachida Dati, en conflit avec François Fillon pour une circonscription parisienne, s'est défendue bec et ongles ce vendredi contre les attaques dont elle s'estime la cible, pourfendant les "héritiers" et les propos "pas élégants".

Assurant avoir "contribué, comme d'autres d'ailleurs, à la victoire" de Nicolas Sarkozy en 2007, l'ex-garde des Sceaux a jugé sur i-TELE "un peu agaçant - c'est devenu des éléments de langage, pour ne pas dire pire - d'être réduite à des talons aiguille, du rouge à lèvres ou de la légèreté".

«Moi j'ai bossé»

Elle a assuré que son implantation dans le 7e arrondissement de Paris, dont elle est maire depuis 2008, s'est faite "dans la perspective des législatives. C'était très clair". Cet arrondissement fait partie de la 2e circonscription de la capitale alors "aujourd'hui, ça veut dire quoi : j'étais en bail précaire ? Pousse-toi de là que je m'y mette ?", a poursuivi Rachida Dati.

Quant à la proposition de la ministre Nadine Morano, lui suggérant de se présenter à Châlon, la ville de Saône-et-Loire où elle a grandi, Rachida Dati a lancé: "ce sont des propos ni élégants, ni républicains. On dit à quelqu'un retourne chez toi, si vous voyez ce que je veux dire..." A plusieurs reprises, elle a martelé : "moi j'ai bossé".

«J'en ai un petit peu assez d'être l'objet de menaces»

Quant à la lettre de remontrances que lui a adressée le député UMP parisien Bernard Debré, elle a lancé : "j'en ai marre des commentaires des héritiers. Moi, je n'ai hérité de rien. Ma vie, c'est du travail".

"J'en ai un petit peu assez d'être l'objet de menaces, de pressions", a-t-elle dit.

Pourrait-elle se présenter hors de l'UMP ? "Je suis déterminée à être candidate aux législatives dans cette circonscription", répond-elle.