L'UMP veut baisser les dotations aux collectivités de 10 milliards d'euros

© 2011 AFP

— 

Avant la présentation, mercredi, du projet de loi sur l'école, Franck Riester, secrétaire national de l'UMP à la communication, dénonce samedi la réforme des rythmes scolaires "qui n'est ni financée, ni correctement préparée".
Avant la présentation, mercredi, du projet de loi sur l'école, Franck Riester, secrétaire national de l'UMP à la communication, dénonce samedi la réforme des rythmes scolaires "qui n'est ni financée, ni correctement préparée". — Lionel Bonaventure afp.com

L'UMP a annoncé jeudi, en présentant le chiffrage de son projet pour 2012, son intention de baisser de deux milliards d'euros par an, soit 10 milliards sur l'ensemble du quinquennat 2012-2017, les dotations aux collectivités locales.

«Notre projet a un coût que nous évaluons à 30 milliards d'euros sur cinq ans, soit environ six milliards par an», notamment pour les dépenses liées à l'école (revalorisation des salaires des enseignants acceptant de s'impliquer davantage dans le suivi personnalisé des élèves...) et à la justice (30.000 places de prison promises par Nicolas Sarkozy...), a déclaré lors d'un point presse Bruno Le Maire, chargé de l'élaboration de ce projet.

«Les collectivités n'ont pas fait les mêmes efforts que l'Etat» pour réduire leurs dépenses

Pour parvenir à «un projet à coût zéro», ces six milliards de dépenses nouvelles seront «compensés à l'euro près» et «financés de manière équitable, à parts égales, par l'Etat, par les collectivités locales et par des réductions de dépenses sur la protection sociale», a insisté le ministre de l'Agriculture.

Cela représente, pour les collectivités locales, un effort de deux milliards d'euros par an sur cinq ans (soit 10 milliards au total), correspondant, selon M. Le Maire et le numéro un de l'UMP, Jean-François Copé, à une baisse à due proportion des dotations que leur accorde chaque année l'Etat.

«C'est un principe d'équité. Les collectivités locales (majoritairement à gauche, ndlr) ont, depuis plusieurs années, augmenté leurs dépenses de fonctionnement et n'ont pas fait les mêmes efforts que l'Etat en matière de réduction de leurs dépenses. Ca ne peut pas être toujours les mêmes qui font les efforts, les collectivités doivent contribuer autant que l'Etat», fait valoir M. Le Maire.