Soupçon de corruption au PS: Jack Lang va porter plainte contre Arnaud Montebourg

JUSTICE Cité par l'ancien candidat aux Primaires dans l'affaire des soupçons de financement occulte de la fédération socialiste du Pas-de-Calais, le député a fait part de son «dégoût»...

Julien Ménielle avec Reuters

— 

Jack Lang lors d'une conférence sur les enjeux actuels de la culture, le 06 décembre 2010 à Nancy
Jack Lang lors d'une conférence sur les enjeux actuels de la culture, le 06 décembre 2010 à Nancy — POL EMILE/SIPA

«Je découvre avec dégoût les extraits d'une lettre d'Arnaud Montebourg reproduite par Le Parisien.» Jack Lang a nié ce vendredi toute implication dans l’affaire des soupçons de financement occulte de la fédération socialiste du Pas-de-Calais dont il est député. Mis en cause par son confrère du PS, l’ancien ministre a demandé à son avocat d’engager des poursuites judiciaires à l’encontre de ce dernier.

«Je ne suis évidemment ni de près ni de loin lié au fait rapporté sur le Pas-de-Calais par le député de Saône-et-Loire», a affirmé Jack Lang dans un communiqué. Dans une lettre envoyée fin novembre à Martine Aubry, Arnaud Montebourg dénonce un système de corruption dans la fédération PS ainsi que des complicités nationales «dont la présence de Jack Lang dans ce département n'est qu'un des tristes symptômes».

«Diatribes et les appréciations à l'emporte-pièce»

«Je ne suis en rien concerné par les diatribes et les appréciations à l'emporte-pièce proférées par Arnaud Montebourg», s’insurge Jack Lang. De son côté, Martine Aubry a annoncé la création d'une commission d'enquête sur le financement et le fonctionnement de la fédération du Pas-de-Calais. Une décision pour laquelle la patronne du PS a fait preuve de «précipitation» et de «maladresse», selon le député-maire socialiste de Lens, Guy Delcourt.

Jean-Pierre Kucheida, élu mis en cause dont la candidature aux législatives a été gelée, a de son côté affirmé accueillir tranquillement la nouvelle, dénonçant «du pur fantasme, du délire, des ragots de bas étage et de caniveau». «Je ne vais pas sauter de joie évidemment, mais avec le déchaînement médiatique autour de faits totalement fantasmés c'est finalement une manière de protéger notre candidat à la présidentielle», a-t-il déclaré. «Moi je fais mon boulot depuis 30 ans pour le bassin minier, j'ai l'esprit tranquille, plus que tranquille.»