Montebourg accuse des élus PS du Pas-de-Calais de corruption

POLITIQUE Le bras droit de Martine Aubry a demandé au député de Saône-et-Loire d'en dire plus sur les preuves dont il dispose...

© 2011 AFP

— 

Le député PS de Saône-et-Loire Arnaud Montebourg a écrit fin novembre à la première secrétaire du PS, Martine Aubry, pour l'alerter sur des faits des corruption touchant, selon lui, des élus du Pas-de-Calais, a-t-on appris mercredi auprès du PS.
Le député PS de Saône-et-Loire Arnaud Montebourg a écrit fin novembre à la première secrétaire du PS, Martine Aubry, pour l'alerter sur des faits des corruption touchant, selon lui, des élus du Pas-de-Calais, a-t-on appris mercredi auprès du PS. — Jeff Pachoud afp.com

Après les Bouches-du-Rhône, Arnaud Montebourg s'attaque au Pas-de-Calais. Le député PS de Saône-et-Loire a écrit fin novembre à la première secrétaire du PS, Martine Aubry, pour l'alerter sur des faits des corruption touchant, selon lui, des élus du département nordiste, a-t-on appris mercredi auprès du PS.

Dans cette lettre datée du 21 novembre, le troisième homme de la primaire socialiste met en cause notamment le député-maire de Liévin, Jean-Pierre Kucheida, a dit François Lamy, bras droit de la première secrétaire du PS, interrogé par l'AFP et qui a répondu à Arnaud Montebourg.

"Pour l'instant, nous n'avons connaissance que d'un rapport de la cour régionale des comptes faisant état de problèmes de gestion touchant la Soginorpa, filiale de l'Epinorpa, bailleur social dont M. Kucheida est président", a expliqué le député de l'Essonne. "Si Arnaud Montebourg est en possession d'autres pièces il faut qu'il en fasse état devant les instances du parti ou qu'il les transmette à la justice", a-t-il affirmé. "Les faits sont trop graves pour qu'on les règle par des mesures d'âge", a ajouté Lamy.

«Lettre confidentielle et privée»

Dans sa lettre, Arnaud Montebourg propose d'empêcher Jean-Pierre Kucheida, 68 ans, de se représenter aux prochaines législatives. Il s'appuie sur sa proposition de limiter à 67 ans l'âge des postulants à la députation. Les militants de la 12e circonscription du Pas-de-Calais viennent de proposer à nouveau Jean-Pierre Kucheida comme candidat socialiste aux législatives.

L'entourage du député de Saône-et-Loire a fait savoir que ce dernier ne souhaitait "pas communiquer à la presse cette lettre confidentielle et privée".

Selon des informations de presse que le parquet de Lille refusait toujours de commenter mercredi, ce dernier aurait ouvert au printemps dernier une enquête préliminaire à la suite de courriers de l'ancien maire PS d'Hénin-Beaumont Gerard Dalongeville, mis en examen en avril 2009 pour détournement de fonds publics, faux en écriture et favoritisme dans une affaire de fausses factures.

Financement occulte et emplois fictifs

Cet édile révoqué, incarcéré à deux reprises et depuis sous contrôle judiciciaire, a dénoncé dans ces écrits adressés au juge d'instruction de Béthune (Pas-de-Calais) un système de financement occulte du PS de ce département - parmi les plus importants au niveau national - ainsi que des emplois fictifs.

Il y mentionne notamment Jean-Pierre Kucheida, député-maire de Liévin, par l'intermédiaire de sa gestion à la tête de l'Epinorpa et de l'Epinorpa, sociétés gérant les anciens logements miniers.

Jean-Pierre Kucheida, a déclaré mercredi à l'AFP n'avoir "jamais financé le parti socialiste à partir de la Soginorpa" et qu'il n'y avait eu "aucun emploi fictif à la mairie de Lievin". Il s'estime "profondément diffamé", affirmant qu'on essayait de "le déstabiliser sur le plan politique, alors qu'on est en pleine campagne électorale".