Temps de parole avant la présidentielle: Le CSA fixe les règles du jeu

MÉDIAS es temps de parole seront comptabilisés à partir du 1er janvier, avec une nouveauté...

© 2011 AFP

— 

Le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) a décidé qu'à partir du 1er janvier le temps de parole des candidats à la présidentielle serait décompté dans les médias, mais aussi celui de leurs soutiens, qu'ils soient membres d'un parti ou non.
Le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) a décidé qu'à partir du 1er janvier le temps de parole des candidats à la présidentielle serait décompté dans les médias, mais aussi celui de leurs soutiens, qu'ils soient membres d'un parti ou non. — Martin Bureau afp.com

Le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) a décidé qu'à partir du 1er janvier le temps de parole des candidats à la présidentielle serait décompté dans les médias, mais aussi celui de leurs soutiens, qu'ils soient membres d'un parti ou non.

«Même quelqu'un qui s'exprimera dans la rue sera décompté»

Comme avant chaque scrutin, le CSA a publié mercredi au Journal Officiel ses règles en matière de temps de parole des politiques à la radio et à la télévision pour l'élection présidentielle. En-dehors de la période des élections, seuls les membres d'un parti sont décomptés. A partir du 1er janvier, «le temps de parole de tout le monde peut être décompté, dès lors qu'il appelle à soutenir tel ou tel candidat. Même quelqu'un qui s'exprimera dans la rue, un inconnu, sera décompté», a précisé Christine Kelly, conseillère au CSA en charge du dossier.

Le temps d'antenne, c'est-à-dire l'ensemble du temps consacré à un candidat et à ses soutiens à la radio ou à la télévision, sera également décompté. Ainsi, les documentaires, les éditoriaux, les commentaires politiques, les analyses, les présentations de sondages d'opinion seront pris en compte, dès lors qu'ils concerneront un candidat et qu'ils lui seront «manifestement favorables». Ce qui ne se fait pas hors période électorale.

«Equité» en janvier, puis «égalité»

Les décomptes se feront dans les journaux, les bulletins d'information, les magazines d'information, les émissions spéciales et autres émissions des programmes.

Le CSA définit trois périodes à partir de janvier. La première démarre le 1er janvier et la seconde le jour de la publication de la liste des candidats établie par le Conseil constitutionnel. La troisième démarre à partir de l'ouverture de la campagne électorale officielle et s'achève le vendredi (inclus) précédant le second tour.

Pendant la première période, les chaînes et radios devront garantir le principe «d'équité» aux candidats, qui sera apprécié par le CSA en fonction de sa représentativité, entre autres. Pour les seconde et troisième périodes, le principe «d'égalité» des temps de parole pour tous les candidats sera la règle.

Décomptes plus précoces en 2006

Lors des élections précédentes, les mêmes règles avaient été édictées par le CSA. Seule différence, les décomptes avaient démarré dès le 1er décembre 2006, parce que les candidats s'étaient déclarés beaucoup plus rapidement.

Le temps de parole concerne TF1, France 2, France 3, France 4, France 5, Outre-mer 1re, France Ô, Canal+ pour son programme en clair, M6, BFM TV, i>TELE, LCI, Direct 8, NT1, TMC, Radio France (France Inter, France Info, France Culture, France Musique, France Bleu), RTL, Europe 1, RMC, BFM Business, Radio Classique et Sud Radio.