Relais & Châteaux: Dominique de Villepin nie tout lien dans une affaire d'escroquerie

JUSTICE Le nom de l'ex-Premier ministre apparaît en marge d'un dossier d'escroquerie impliquant un ancien président de la prestigieuse association...

Avec Reuters

— 

Dominique de Villepin lors de la convention nationale de son parti, République Solidaire, le 19 juin 2011, à Paris.
Dominique de Villepin lors de la convention nationale de son parti, République Solidaire, le 19 juin 2011, à Paris. — F.DUFOUR / AFP

Il n'a rien à voir dans cette affaire. L'ancien Premier ministre Dominique de Villepin a rejeté ce mardi tout lien avec une affaire d'escroquerie instruite au sein de la prestigieuse association Relais & Châteaux.

Interrogé par Le Monde, il a estimé qu'on voulait mêler son nom à cette affaire «à quelques jours d'une annonce» importante, c'est-à-dire sa décision, attendue le 13 décembre, de se présenter ou non à l'élection présidentielle. «Essayer de m'impliquer dans une histoire dans laquelle je n'ai rien à voir est insupportable», a-t-il affirmé.

Doutes sur le train de vie du cabinet d'avocats de Villepin

Le nom de l'ex-Premier ministre apparaît en marge d'un dossier d'escroquerie impliquant Régis Bulot, 64 ans, président jusqu'en janvier 2006 de Relais & Châteaux. Selon Le Monde, des écoutes téléphoniques jetteraient des doutes sur le train de vie du cabinet d'avocats fondé par Dominique de Villepin et sur le financement de ses activités politiques. Selon des écoutées réalisées par les gendarmes, dont le quotidien publie des extraits, Dominique de Villepin se félicite d'avoir pesé sur les dirigeants de l'association en faveur de Régis Bulot.

Dominique de Villepin se défend d'avoir «en aucun cas tenté d'influer sur un dossier judiciaire» dont il dit n'avoir rien su. Il ajoute n'avoir «jamais bénéficié d'éventuelles largesses» de Régis Bulot. «J'ai séjourné plusieurs fois dans des établissements Relais & Châteaux, et j'ai toujours payé, ce qui n'est pas forcément le cas de certains hommes politiques», déclare-t-il.

Dans un communiqué, République solidaire, le mouvement de Dominique de Villepin, assure que Régis Bulot «n'a jamais été membre, ni actif ni bienfaiteur, de ce mouvement politique et n'a jamais versé le moindre don». En revanche, Régis Bulot avait été membre du Club Villepin, dissous en juillet 2010 et, «le montant qu'il avait alors versé à cette association était de vingt euros payé par carte bancaire le 24 octobre 2009», ajoute le communiqué.