Qui a dit: «Montebourg fait du Front national à gauche»?

INDICE Cet élu écologiste a également récemment recommandé à Eva Joly de ne pas faire «du Mélenchon, du sous-Mélenchon ou du super-Mélenchon»...

E.O.

— 

La journaliste Audrey Pulvar aux côtés de son compagnon Arnaud Montebourg (PS), au moment de son discours le soir du premier tour de la primaire socialiste, le dimanche 9 octobre 2011.
La journaliste Audrey Pulvar aux côtés de son compagnon Arnaud Montebourg (PS), au moment de son discours le soir du premier tour de la primaire socialiste, le dimanche 9 octobre 2011. — DUPUY FLORENT/SIPA

Il s’agit de Daniel Cohn-Bendit. Dans une interview au Parisien, le député européen a vivement réagi aux propos d’Arnaud Montebourg, qui a dit craindre ce mercredi «une résurgence du nationalisme allemand», à cause de la «politique à la Bismarck» menée par Angela Merkel.

«Ce type de déclaration à la hussarde a des relents de nationalisme», estime Daniel Cohn-Bendit. Selon lui, «il est vrai que l’hégémonie de l’économie allemande pose un problème». Cependant, «Montebourg sombre dans le nationalisme au clairon qui ne sert qu’à raviver des sentiments qu’on croyait définitivement derrière nous», lance-t-il.

Une «mobilisation germanophobe» à craindre

«C’est du mauvais cocorico, poursuit l’eurodéputé vert, il fait du Front national à gauche». Daniel Cohn-Bendit, lui-même de nationalité allemande, dit craindre «une mobilisation germanophobe» à cause de la crise.

Dans l’émission Question d’info LCP-France Info–Le Monde–AFP, Arnaud Montebourg a par ailleurs indiqué que selon lui, «Angela Merkel construisait la confrontation pour imposer sa domination». «Le moment est venu d’assumer la confrontation politique face à l’Allemagne et de défendre nos valeurs», a-t-il assuré.