Présidentielle: Le parrainage des candidats, mode d'emploi

ÉLECTION a règle des 500 signatures et les critiques à son encontre sont à nouveau sous les projecteurs, à cinq mois du premier tour de la présidentielle...

Nicolas Bégasse

— 

Illustration sur le formulaire de parrainage des candidats a l'élection présidentielle.
Illustration sur le formulaire de parrainage des candidats a l'élection présidentielle. — JAUBERT/SIPA

Comme à chaque veille d’élection présidentielle, les critiques se multiplient sur le système de parrainage empêchant les petits candidats de se présenter facilement devant les électeurs. 20 Minutes fait le point sur la règle des 500 candidatures et sur ce qui lui est reproché.

Quelle est la règle?

Un candidat à l’élection présidentielle doit réunir au moins 500 signatures d’élus provenant d’au moins trente départements français différents. Ce système a été instauré au début des années 60, pour éviter la présentation devant les électeurs de candidats et de partis farfelus. A l’origine, le nombre de parrainages à recueillir était de 100. Il est passé à 500 dans les années 70 pour renforcer l’esprit du système: si les maires ne veulent pas d’un candidat, c’est qu’il n’est pas légitime.

Qui peut parrainer un candidat?

On parle souvent de parrainage des maires, mais d’autres élus peuvent donner leur signature aux candidats. Parmi eux, on trouve les députés et les sénateurs, les présidents de communautés de communes ou encore les conseillers régionaux. Au total, environ 50.000 personnes peuvent potentiellement offrir leur parrainage à une candidature, dont plus de 36.000 maires. Chaque élu ne peut apporter sa signature qu’à un candidat.

Les parrains sont-ils connus?

Oui et non. Un candidat doit réunir 500 signatures pour se présenter à l’élection, mais il en collecte en général davantage, en cas d’invalidation de certains parrainages. Parmi toutes celles qu’il aura recueillies, seules 500 seront dévoilées au public, même si le candidat en a réuni 800. Les noms des élus signataires sont publiés dans le Journal officiel avant le premier tour de la présidentielle. En 2012, ce sera le 10 avril.

Combien de temps ont les candidats pour recueillir les 500 signatures?

La fin du suspense aura lieu le vendredi 16 mars 2012 à 18 heures. Le lundi d’après, la liste définitive des candidats à l’élection présidentielle sera publiée.

En quoi le système est-il critiqué?

Il est d’abord dénoncé par les petits candidats, qui voudraient une disparition de ce critère de sélection, ou au moins une baisse du nombre de signatures à recueillir. A chaque scrutin, plusieurs petits candidats échouent à les réunir. D’autres y arrivent, mais l’effort consacré à cette tâche retarde ou perturbe leur campagne. Il est aussi parfois critiqué par les maires, qui sont très sollicités pendant plusieurs mois par toutes sortes de candidats. On se souvient de cet élu qui, en 2007, lassé des appels constants des candidats pour obtenir son parrainage, avait annoncé publiquement qu’il le mettait en vente. Enfin, c’est le côté «public» des signatures qui est critiqué, notamment par le Front national: les noms de 500 élus parrainant Marine Le Pen seront publiés par le Journal officiel, ce qui gêne beaucoup d’entre eux, estimant qu’une telle publicité peut leur nuire. La candidate du FN a d’ailleurs réclamé au gouvernement mardi de rendre anonymes ces parrainages.