Danielle Mitterrand: Une femme engagée pour les droits de l'Homme

PORTRAIT Loin d'un rôle de «potiche», Danielle Mitterrand a profité de son rôle de Première dame pour s'engager dans le combat des droits de l'homme...

© 2011 AFP
— 
Danielle Mitterrand à Mulhouse, le 8 mai 1981.
Danielle Mitterrand à Mulhouse, le 8 mai 1981. — VILLARD/SIPA

Elle avait toujours refusé d'être une «potiche». Veuve de l'ancien président de la République, Danielle Mitterrand, est morte dans la nuit de lundi à mardi à 87 ans. Toujours plus à l'aise dans le rôle de militante en faveur des droits de l'Homme que dans celui de Première dame. Soutien aux peuples kurde, tibétain, à Cuba, au sous-commandant Marcos (Mexique), partage équitable de l'eau ou dénonciation de l'esclavagisme... Les causes qu'elle a ardemment défendues étaient nombreuses.

Née le 29 octobre 1924 à Verdun (Meuse), Danielle Mitterrand est la fille d'un directeur d'école -révoqué en 1940 par Vichy pour ne pas avoir dénoncé les élèves juifs de son collège- et d'une institutrice, tous deux militants de la SFIO. Elle rejoint le maquis à 17 ans comme infirmière bénévole et sera l'une des plus jeunes médaillées de la Résistance. C'est à Cluny (Saône-et-Loire), dans la maison familiale où s'est réfugié son père, qu'elle rencontre le capitaine «Morland», alias François Mitterrand, recherché par la Gestapo. Elle l'épouse le 27 octobre 1944.

Attentat et polémique

Entraînée malgré elle dans le tourbillon de la politique, elle accompagne son mari lors des nombreuses campagnes qu'il mène entre la guerre et 1981. Avant sa victoire à la présidentielle, elle se présente dans Paris-Match comme une femme d'allure simple, au contraire d'Anne-Aymone Giscard d'Estaing, plus «grande dame». A l'Elysée, elle refuse de se laisser enfermer dans le protocole et parvient à utiliser la tribune que lui offre sa place d'épouse du chef de l'Etat pour se consacrer à la défense des droits de l'Homme. En 1986, elle crée la fondation France-Libertés qui a fêté en octobre son 25ème anniversaire.

En 1992, elle échappe à un attentat (avec le ministre de la Santé et de l'action humanitaire, Bernard Kouchner) lors d'un voyage dans le Kurdistan irakien. Elle suscite la polémique en embrassant Fidel Castro sur les marches de l'Elysée lors de la visite du chef de l'Etat cubain en 1995.

Eloignement du Parti socialiste

Lauréate du prix Nord-Sud (1996), Danielle Mitterrand, qui s'est rendue à plusieurs forums sociaux mondiaux, s'était, ces dernières années, éloignée du PS, jugeant en 2007 que «les dirigeants socialistes n'ont pas la fibre socialiste». Mère de deux fils, Gilbert et Jean-Christophe, grand-mère et arrière grand-mère, elle ne ménageait pas son temps pour honorer la mémoire de son époux, mort en 1996. Lors de ses obsèques, à Jarnac (Charente), on se souvient qu'elle a étreint avec tendresse Mazarine, la fille longtemps cachée de François Mitterrand.

Cette amatrice de reliure a écrit plusieurs livres, dont son best-seller En toutes libertés (1996) et Le livre de ma mémoire (2007). Elle était la soeur de la productrice Christine Gouze-Rénal, décédée en 2002 et épouse de l'acteur Roger Hanin.