Accord PS-EELV: Delanoë réitère ses critiques à l'encontre du parachutage de Duflot à Paris

POLITIQUE Le maire de la capitale fustige une «pratique délétère pour la démocratie»...

Avec Reuters

— 

Le maire de Paris, Bertrand Delanoë, le 13 octobre 2011, à Lille.
Le maire de Paris, Bertrand Delanoë, le 13 octobre 2011, à Lille. — P.ROSSIGNOL / REUTERS

Bertrand Delanoë n'est vraiment pas content. Il réaffirme ce samedi dans un entretien accordé à Libération son opposition au «parachutage» de la secrétaire nationale d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV) Cécile Duflot à Paris aux législatives de 2012 et confirme qu'il ne briguera pas sa propre succession comme maire de la capitale en 2014.

«Je refuse que les Parisiens soient instrumentalisés»

Paris devrait, une fois de plus, faire l'objet de luttes d'influence considérables à droite comme à gauche au printemps prochain alors que le Premier ministre François Fillon a fait part de son intention de s'y présenter au nom de l'UMP. Dans le cadre d'un accord politique intervenu mardi entre le Parti socialiste et EELV en vue des échéances de 2012, Cécile Duflot s'est vue attribuer une circonscription parisienne, décision à laquelle Bertrand Delanoë est opposé.

«Je refuse que les Parisiens soient instrumentalisés et que notre ville serve, comme par le passé, de marchepied vers d'autres ambitions», explique-t-il, une allusion claire au parcours de Jacques Chirac, maire de Paris à partir de 1977 avant son élection à la présidence de la République en 1995. «Le parachutage est une pratique délétère pour la démocratie dans la mesure où il rompt le lien de confiance et de proximité avec les électeurs. C'est une façon datée de faire de la politique», ajoute le maire socialiste.

«Je ne solliciterai pas un troisième mandat»

Pressé par certains de ses partisans de se représenter aux municipales de 2014 pour faire face à d'éventuelles candidatures de François Fillon ou de Cécile Duflot, Bertrand Delanoë confirme qu'il ne sera pas candidat à un troisième mandat: «Comme je l'ai dit aux Parisiens avant qu'ils me réélisent en 2008, je ne solliciterai pas un troisième mandat.» «J'ai toujours dit que j'étais opposé au cumul des mandats. Je pense la même chose du cumul dans le temps (...) ce n'est pas par intérêt personnel que j'en appelle au respect de l'honneur de Paris», explique-t-il.

Les membres d'EELV doivent se réunir samedi pour entériner leur accord avec leur PS. Celui-ci porte notamment sur l'arrêt de 24 réacteurs nucléaires sur 58 en France d'ici à 2025, une orientation qualifiée de «régression industrielle» par l'UMP et d'«irresponsable» par la CGT.