Evaluation des enseignants: Il n'y aura pas de décret «en catimini», assure Luc Chatel

© 2011 AFP

— 

Le ministère de l'Education nationale veut réformer profondément l'évaluation et l'avancement des enseignants pour la rentrée 2012, des projets aux allures de chiffons rouges pour les syndicats qui les jugent impraticables et à nouveau conçus pour faire des économies
Le ministère de l'Education nationale veut réformer profondément l'évaluation et l'avancement des enseignants pour la rentrée 2012, des projets aux allures de chiffons rouges pour les syndicats qui les jugent impraticables et à nouveau conçus pour faire des économies — Fred Dufour afp.com

Le ministre de l'Education, Luc Chatel, a assuré ce mercredi qu'il n'était «pas question de prendre en catimini un décret» confiant l'évaluation des professeurs des lycées et collèges à leurs seuls chefs d'établissement, alors que ce projet inquiète les enseignants.

«Nous avons ouvert un groupe de travail avec les organisations syndicales sur la question, qui est très importante, de l'évaluation des enseignants tout au long de leur carrière. Ce groupe de travail avance. Nous sommes en train de discuter. Je n'ai aucun décret sur mon bureau prêt à être signé», a assuré Luc Chatel à la presse, à l'issue du conseil des ministres.

Une «évaluation qui doit être méliorée»

«Il n'est pas question de prendre un catimini un décret, un arrêté, sans qu'il y ait eu de concertation», a-t-il insisté. «Le cap, c'est celui d'une évaluation qui doit être améliorée. Je crois qu'aujourd'hui, tous les enseignants sont conscients du fait que le système d'évaluation tel qu'il existe n'est pas satisfaisant», a poursuivi le ministre.

Luc Chatel a également rappelé que ce projet entrait dans le cadre du «pacte de carrière» lancé en 2009 pour «qu'on ait des enseignants qui soient mieux valorisés, mieux rémunérés, mieux accompagnés dans leur filière et qui aient des perspectives d'évolution qui soient plus intéressantes».

Révélé mardi, le projet du ministère de modifier les conditions d'évaluation des professeurs de lycée et de collège, en les confiant exclusivement à leur chef d'établissement, suscite l'inquiétudes des enseignants. Le syndicat Snes-FSU l'a qualifié de «totalement inacceptable».