Nucléaire: le débat doit se focaliser sur la construction ou pas de nouvelles centrales, pour Corinne Lepage

© 2011 AFP

— 

L'eurodéputée Corinne Lepage, candidate à la présidentielle, a affirmé mercredi que le coeur du débat sur le nucléaire était de décider la construction ou pas de nouvelles centrales, souhaitant que "la réponse soit clairement non".
L'eurodéputée Corinne Lepage, candidate à la présidentielle, a affirmé mercredi que le coeur du débat sur le nucléaire était de décider la construction ou pas de nouvelles centrales, souhaitant que "la réponse soit clairement non". — Bertrand Langlois afp.com

L'eurodéputée Corinne Lepage, candidate à la présidentielle, a affirmé mercredi que le coeur du débat sur le nucléaire était de décider la construction ou pas de nouvelles centrales, souhaitant que "la réponse soit clairement non".

Alors que Europe Ecologie-Les Verts demande au candidat du PS François Hollande de s'engager sur une date de fin du nucléaire, Mme Lepage, ancien ministre de l'environnement, a estimé sur BFMTV-RMC qu'il faudrait continuer avec cette filière "un certain nombre d'années".

"Notre intérêt économique, industriel, en termes d'emploi, en termes financiers, au-delà même de la question du risque, est de sortir à terme du nucléaire", a déclaré la candidate.

Mais "pas demain matin, il faut continuer un certain nombre d'années" avec cette énergie, selon elle.

Pour elle, l'engagement pris par le député de Corrèze - une part de 50% pour l'électricité nucléaire à l'horizon 2025 - est "un grand pas en avant".

La "vraie question" est à ses yeux, "on repart pour un programme nucléaire ou pas". "Je suis pour que la réponse soit clairement non". "Cela veut dire que nos investissements, au lieu de les faire sur une quatrième génération hypothétique, nous allons les faire sur une génération immédiate d'énergie solaire, éolienne, marine".

"La France a une façade (maritime) extraordinaire. Pourquoi est-ce que nous ne sommes pas les leaders mondiaux en énergie marine?", demande-t-elle.

Pour elle, l'écologie sera "au coeur de la campagne, sous forme de nouvelles activités économiques" et pas du tout de "décroissance".