Guéant dément avoir proposé à Dati une autre circonscription parisienne

© 2011 AFP

— 

Le ministre de l'Intérieur, Claude Guéant, a démenti mercredi avoir proposé à l'ex-garde des Sceaux Rachida Dati la circonscription parisienne de Philippe Goujon pour les prochaines législatives.
Le ministre de l'Intérieur, Claude Guéant, a démenti mercredi avoir proposé à l'ex-garde des Sceaux Rachida Dati la circonscription parisienne de Philippe Goujon pour les prochaines législatives. — Philippe Merle afp.com

Le ministre de l'Intérieur, Claude Guéant, a démenti mercredi avoir proposé à l'ex-garde des Sceaux Rachida Dati la circonscription parisienne de Philippe Goujon pour les prochaines législatives.

Alors qu'un écho du Figaro affirmait mercredi que M. Guéant avait fait cette proposition à Mme Dati, le ministre a démenti auprès de l'AFP: "cet écho m'attribue une proposition que je n'ai jamais faite à Mme Dati".

Il a bien vu Rachida Dati "lundi soir au siège de l'UMP où je me trouvais pour d'autres raisons", a-t-il ajouté, précisant qu'elle s'y trouvait, "dans le cadre des consultations que le secrétaire général de l'UMP Jean-François Copé a fait tout l'après-midi sur la situation de l'UMP à Paris".

Selon Claude Guéant, "l'objet de cet entretien était de l'inviter à la modération dans ses propos à l'égard du Premier ministre et de faire en sorte que les querelles se trouvent pacifiées puisque nous avons d'autres problèmes d'une autre ampleur à affronter et que les questions d'investiture pour les législatives viendront en leur temps".

Mais "c'est Mme Dati qui a proposé, et non pas moi, qu'elle puisse viser une autre circonscription proche, celle dans laquelle est élu aujourd'hui Philippe Goujon", a assuré le ministre.

Selon lui, Philippe Goujon, "maire du XVe arrondissement, y est bien implanté, est député sortant, donc ça me semble poser un problème sérieux que de transporter d'une circonscription à l'autre une querelle qui, encore une fois, est tout à fait secondaire par rapport aux échéances que nous avons à affronter", a-t-il conclu.