Sommet de l'UE: il ne s'agit pas d'aider la Grèce mais la France, selon Bayrou

© 2011 AFP

— 

François Bayrou, le président du MoDem, interrogé mercredi par France Info sur le sommet de l'UE à Bruxelles, a estimé qu'il ne s'agissait pas d'aider la Grèce ou la zone euro mais "d'aider la France".
François Bayrou, le président du MoDem, interrogé mercredi par France Info sur le sommet de l'UE à Bruxelles, a estimé qu'il ne s'agissait pas d'aider la Grèce ou la zone euro mais "d'aider la France". — Mehdi Fedouach afp.com

François Bayrou, le président du MoDem, interrogé mercredi par France Info sur le sommet de l'UE à Bruxelles, a estimé qu'il ne s'agissait pas d'aider la Grèce ou la zone euro mais "d'aider la France".

"Il ne s'agit pas d'aider les Grecs, on a eu tort de laisser s'accréditer cette idée", a lancé le député béarnais. "Il ne s'agit même pas d'aider l'euro, il s'agit d'aider la France".

"Un des pays qui ont le plus à craindre d'une vague de soupçon ou de défiance dans la zone euro, c'est la France", a argumenté M. Bayrou. La "traduction sera que les taux d'intérêt augmenteront et donc que les impôts des Français augmenteraient".

"Trouver une réponse d'ensemble, cela veut dire qu'on trouve un mécanisme qui fait que plus personne ne pourrait s'attaquer à la dette d'un pays de la zone euro", a-t-il fait valoir.

"Si j'avais été en responsabilité, je n'aurais pas laissé attaquer la dette grecque", a expliqué le candidat à l'Elysée, qui voit "une erreur" dans l'effacement de 50% de la dette grecque.