Jean-Luc Mélenchon raille l'emprise des agences de notation avec des andouillettes

MANIFESTATION Le leader du Front de gauche cherchait à montrer sa préférence pour la charcuterie 5A plutôt que pour les 3A de Moody's...

E.O., avec Reuters

— 

Capture d'écran d'une vidéo de la manifestation «andouillette AAAAA» organisée par Jean-Luc Mélenchon et le Front de gauche, pour protester contre l'emprise des agences de notations, à Paris, le 21 octobre 2011.
Capture d'écran d'une vidéo de la manifestation «andouillette AAAAA» organisée par Jean-Luc Mélenchon et le Front de gauche, pour protester contre l'emprise des agences de notations, à Paris, le 21 octobre 2011. — 20Minutes.fr

Une andouillette est parfois plus forte qu’une agence de notation. Jean-Luc Mélenchon s’est en tout cas servi de ce symbole de la charcuterie française pour dénoncer ce vendredi l'emprise des organismes de notation sur les Etats européens, en organisant une opération «Andouillette AAAAA» au siège parisien de Moody's, qui a mis sous surveillance le «AAA» français.

«Les Français ne sont pas des andouillettes»

Le candidat du Front de gauche à l'élection présidentielle, accompagné d'une dizaine de militants, a fait irruption en fin de matinée dans le hall de l'agence de notation, située boulevard Haussmann, dans le 9e arrondissement de la capitale. «Noter tue», «Moody's Agence de récession», «Les Français ne sont pas des andouillettes», pouvait-on entendre et lire sur des pancartes.

Les militants ont déposé un panier d'andouillettes AAAAA -répondant au cahier des charges de l'Association amicale des amateurs d'andouillette authentique - pour manifester sur le mode humoristique leur préférence pour les «5A» contre les «3A» des agences de notation.

«Où sont vos notes pour les exploiteurs qui vident nos usines?»

«L'agence Moody's prétend qu'elle va surveiller le peuple français, le peuple français l'informe qu'il surveille Moody's», a lancé Jean-Luc Mélenchon au micro.  Ces «vampires» que sont, selon lui, les agences de notation «pourchassent les gouvernements des peuples pour leur mettre des notes», et «les gouvernements serviles se mettent à genoux».

«Depuis juin 2011, l'Union européenne permet aux agences européennes de notation d'agir où elles veulent, quand elles veulent, comme elles veulent, dans toute l'Europe, sans aucune limite, tandis que les puissances publiques, elles, s'interdisent d'analyser ce que sont les méthodes de travail des Moody's and Cie», a-t-il affirmé. «Où sont vos notes pour Siemens, Unilever, Mittal et tous ces exploiteurs qui vident nos usines, délocalisent nos entreprises, condamnent à la mort sociale des régions entières?», a clamé Jean-Luc Mélenchon.

«Dès le mois de mai prochain [date de l'élection présidentielle], c'est Moody's qui s'en ira et non pas les Français», a-t-il ajouté.