Contrat Sawari II: Takieddine dénonce «un complot» contre Sarkozy et met en cause Villepin

POLITIQUE Il n'a pas apporté de preuves, car il souhaite les réserver à la justice...

© 2011 AFP

— 

DESSONS / JDD / SIPA

L'intermédiaire en armement Ziad Takieddine, longuement entendu mercredi par le juge Renaud van Ruymbeke sur son intervention dans le contrat Sawari II avec l'Arabie Saoudite, a dénoncé sur Europe 1 «un complot» contre Nicolas Sarkozy et mis nommément en cause Dominique de Villepin.

«Ce complot contre le président de la République, avec les mêmes acteurs que l’affaire Clearstream. Sauf que cette fois ils vont devoir répondre d’actes criminels», a affirmé Ziad Takieddine, mis en examen depuis septembre. Il est soupçonné d’avoir versé des rétrocommissions à certains hommes politiques pour financer la campagne présidentielle d’Edouard Balladur en 1995.

Des accusations qu’il a niées en bloc ce jeudi sur Europe 1: «Je n’ai jamais remis d’argent à Nicolas Bazire», directeur de cabinet du Premier ministre Balladur de 1993 à 1995. «Je peux dire que je n’ai pas eu connaissance d’une quelconque rétrocommission. Moi, personnellement, n’ai pas livré pas un centime de rétrocommission», a-t-il insisté.

Sa crédibilité, «plus bas que terre»

Il est ensuite passé à l’offensive et a nommément visé Dominique de Villepin. «Celui qui doit répondre de ses actes sur l'ensemble du dossier depuis 1996, il s'appelle Dominique de Villepin», a-t-il dit. «Je suis le premier qui va dénoncer ce complot et le prouver point par point à l’opinion française», a annoncé l'homme d'affaires. «C’est une accusation très grave que je maintiens, sur la base d’éléments que je possède, que je transmettrais à la justice», a-t-il prévenu sans donner d'informations sur ces preuves, mais convenant que sa crédibilité «est plus bas que terre».

«On m’a lynché pendant neuf mois sur des faits qui ne sont pas vrais. Mais je vais raconter la vérité. Même si elle n’intéresse personne», a-t-il conclu.