Bernard Debré veut des primaires à droite à Paris

EXCLUSIF Il lance un appel avec un élu centriste dans la perspective des municipales de 2014...

Alexandre Sulzer

— 

Face à Bertrand Delanoë qui du tramway à Vélib', engrange des succès à Paris, des doutes s'élèvent à l'UMP sur les chances de Françoise de Panafieu, candidate désignée par les militants, de battre le maire socialiste en 2008.
Face à Bertrand Delanoë qui du tramway à Vélib', engrange des succès à Paris, des doutes s'élèvent à l'UMP sur les chances de Françoise de Panafieu, candidate désignée par les militants, de battre le maire socialiste en 2008. — Pierre Andrieu AFP/Archives

 Les primaires PS font école à droite. Le député (UMP) de Paris Bernard Debré lance un appel avec Yves Pozzo di Borgo, chef du Nouveau Centre (NC) au conseil de Paris, pour l'organisation de primaires ouvertes pour les municipales de 2014 à Paris.

Des primaires en 2013 auxquelles pourraient participer «tous les Parisiens qui se sentent proches de la droite» auraient comme avantage de «calmer le jeu», veut croire Bernard Debré qui s'est confié à 20 Minutes. Il faut dire que le contexte est tendu à Paris avec des rivalités fortes entre les partisans de François Fillon, qui viserait l'Hôtel de Ville, et ceux de Rachida Dati.

«Soit les partis l'acceptent soit nous l'imposerons», prévient-il car il faut «éviter les guerres fratricides et dangereuses qui se présentent». Ces primaires serviront également de «galop d'essai» avant la présidentielle de 2017 pour laquelle les appétits à droite sont aiguisés.

Bernard Debré reconnaît que les primaires du PS représentent un «moment démocratique indéniable». «Nous avons manqué de courage pour les organiser à droite en 1992 dans la persective de la présidentielle», regrette celui qui assure, sans donner de noms, que de nombreux élus parisiens le soutiennent dans sa démarche.