Affaire DSK: Strauss-Kahn accuse Tristane Banon de «mentir» sur leur confrontation

JUSTICE Invitée du JT de TF1, Tristane Banon a déclaré que Dominique Strauss-Kahn «n'a même pas osé» la regarder...

© 2011 AFP

— 

La journaliste et écrivaine Tristane Banon, le 8 septembre 2011 à Paris.
La journaliste et écrivaine Tristane Banon, le 8 septembre 2011 à Paris. — AFP PHOTO MIGUEL MEDINA

Dernière info: DSK «conteste formellement» avoir agressé Tristane Banon et assure, via ses avocats, qu'elle «ment» sur la confrontation.

La romancière Tristane Banon a affirmé ce jeudi soir sur TF1 qu'elle maintenait qu'«il y a eu une tentative de viol» de Dominique Strauss-Kahn envers elle en 2003, quelques heures après une confrontation avec l'ex-président du Fonds monétaire international.

 

>> Revivez l'interview en direct

«Il y a eu une tentative de viol et ça je le maintiens», a déclaré l'écrivaine, qui a porté plainte en juillet contre DSK pour tentative de viol. Elle a toutefois reconnu que huit ans après les faits allégués «la preuve matérielle, elle n'existe pas».

«Bien sûr, j'ai maintenu mes accusations et je suis heureuse de cette confrontation», a déclaré Tristane Banon, qui a été confrontée à Dominique Strauss-Kahn dans la matinée dans les locaux de la police à Paris. «C'est une première victoire», a-t-elle estimé.

«J'ai pensé qu'au moins il s'excuserait (..) mais il ne l'a pas fait»

Elle ajouté avoir été face à un DSK faisant preuve d'«arrogance», de «suffisance» et de «froideur». «J'ai pensé qu'au moins il s'excuserait (..) mais il ne l'a pas fait», a-t-elle poursuivi. «Il n'a même pas osé me regarder», a-t-elle dit ajoutant éprouver «du mépris» à son égard.

Lors de la confrontation, Dominique Strauss-Kahn a déclaré qu'«il a oublié» ou «que ce sont des faits imaginaires», selon elle.

«Je ne peux pas croire que toutes les incohérences que j'ai soulevées ne provoquent pas la suspicion du parquet», a-t-elle déclaré.

Réagissant à l'évocation de son immunité diplomatique par la défense de DSK dans la procédure civile toujours en cours aux Etats-Unis, la romancière s'est interrogée: «ça veut dire quoi l'immunité diplomatique? Ca veut dire que quand on a l'immunité diplomatique on a le droit d'agresser les femmes, de tenter de les violer?»