L'inconnu Jean-Pierre Bel, de l'Ariège vers le «plateau» du Sénat

PORTRAIT Quasiment anonyme du public, le sénateur de l'Ariège Jean-Pierre Bel est devenu ce samedi le nouveau président du Sénat...

Anne-Laëtitia Béraud, avec C.C.

— 

Jean-Pierre Bel, le président du groupe socialiste au Sénat, le 22 octobre 2010. 
Jean-Pierre Bel, le président du groupe socialiste au Sénat, le 22 octobre 2010.  — J. DEMARTHON/ AFP

Obtenant la majorité absolue, la gauche a obtenu ce samedi la présidence de la Haute assemblée pour la première fois dans l'histoire de la Ve République. C'est le président du groupe socialiste, Jean-Pierre Bel, qui a remporté le poste. Il devient ainsi un personnage essentiel de l'Etat, appelé à remplacer le président de la République en cas de décès ou d'empêchement. Retour sur ce discret par 20 Minutes…

Jean-Pierre Bel, 59 ans, est sénateur de l’Ariège depuis 1998 et patron du groupe PS au palais du Luxembourg depuis 2004. Titulaire d’un DEA de droit public décroché à Toulouse, il milite dans sa jeunesse à la LCR. Il débute sa carrière politique à 32 ans, en 1983, étant élu maire de la ville de Mijanès (Ariège), adhérant à cette même époque au Parti socialiste.

Son mariage en premières noces à la fille de l’ancien président du conseil général de l’Ariège Robert Naudi lui assure une connaissance approfondie de ce département. Des liens avec l’Ariège que Jean-Pierre Bel prendra soin de faire vivre, comme maire, conseiller général de l'Ariège (1998- 2001), puis, depuis lors, comme président de l'Association des maires et des élus du département.

Réseaux au PS et au Sénat

Les années 1990 sont fructueuses pour cet homme discret. Conseiller régional de Midi-Pyrénées de 1992 à 1998, il assume à cette même époque diverses fonctions au PS, comme membre du bureau national (1993-2003), secrétaire aux fédérations, puis chargé des élections, avant d’être secrétaire national auprès du premier secrétaire pendant dix ans, de 1997 à 2007. Durant la dernière campagne présidentielle, c’est lui qui travaille sur l’immense projet de réforme des institutions du parti.

Toujours en 1997, Jean-Pierre Bel intègre le cabinet de Daniel Vaillant, alors ministre des Relations avec le Parlement, et assume une année le poste de conseiller technique au cabinet. Une expérience qui complète autant sa connaissance des ministères que son carnet d’adresses.

Elu en 1998 sénateur de l'Ariège, puis réélu en 2008, Jean-Pierre Bel est secrétaire du Sénat de 2001 à 2004, et, depuis lors, président du groupe PS de la Haute assemblée. Soutien de François Hollande pour la primaire PS depuis 2008, Jean-Pierre Bel avait balayé mardi matin le dernier obstacle devant sa route pour «le plateau».

Sa collègue des Yvelines, Catherine Tasca, a renoncé à se présenter à la présidence du Sénat. Face à Jean-Pierre Bel, ne restait plus que Gérard Larcher (UMP), le président sortant, en position défavorable depuis la défaite de la droite.