Intervention de DSK: «Totalement préfabriquée» pour Morin

© 2011 AFP

— 

Hervé Morin, président du Nouveau Centre, a parlé ce lundi d'interview «totalement préfabriquée» à propos des premières explications publiques de Dominique Strauss-Kahn la veille sur TF1.

«J'ai vraiment vécu ça comme une interview totalement préfabriquée, où l'émotion était enfouie sous la communication», a dit l'ancien ministre de la Défense sur Radio Classique. «Tout était tellement formaté, construit, que la sincérité disparaissait».

Selon Hervé Morin, «il y a quand même le doute dans le rapport» du procureur de New York, auquel DSK s'est maintes fois référé.

«On est malheureux de savoir qu'il voulait vivre dans un studio de 20 m2 et qu'il a été obligé de louer une maison 50.000 euros par mois», a ironisé le leader centriste.

Une «journaliste qui interviewe le mari d'une amie»

Il a encore déploré «encore cette idée de connivence entre les pouvoirs» avec une «journaliste qui interviewe le mari d'une amie».

Interrogé sur un éventuel complot, que n'a pas exclu l'ex-directeur général du FMI, Hervé Morin a observé à propos de l'épisode de la suite du Sofitel: «Il n'est pas obligé de céder non plus. Il y a une espèce d'inversion des choses qui me surprend...»

«Il vous dit: j'ai sauté 2012, je serai là en 2017», a affirmé Hervé Morin à propos du responsable socialiste.

Le président de NC a pointé «in fine, pour Martine Aubry» de la part de DSK «un coup de pied de l'âne formidable en expliquant qu'il y avait un accord» et qu'elle «est simplement une roue de secours».