FN: Marine Le Pen jette des faux euros dans la Seine

Avec Reuters

— 

Une quinzaine de militants du Front national emmenés par leur présidente Marine Le Pen ont jeté ce mardi des faux billets de 500 euros dans la Seine, à Paris, pour protester contre le dernier plan d'aide à la Grèce. Cette opération symbolique intervient à la veille de l'approbation par l'Assemblée nationale de ce plan qui accroîtra de 15 milliards d'euros l'endettement de la France.

«Il est temps de retrouver le sens de l'intérêt national»

Cela «symbolise parfaitement ce que plusieurs centaines de députés de l'UMP et du PS sont en train de faire avec l'argent des Français: le jeter à l'eau», a déclaré Marine Le Pen à quelques pas des bureaux de la Commission européenne à Paris. Fustigeant le «gaspillage de milliards d'euros», «déversés dans le tonneau sans fonds de la dette grecque», la présidente du FN a appelé de ses voeux l'arrêt immédiat des plans de sauvetage des pays de la zone euro. «Il est temps de retrouver le sens de l'intérêt national», a-t-elle ajouté.

Une quinzaine de jeunes militants du Front national de la jeunesse (FNJ) ont participé à cette opération de communication qui n'a duré que quelques minutes et jeté des billets depuis le pont de la Concorde, en face de l'Assemblée nationale. «On dénonce un vote illégitime, fait dans le dos du peuple français», a déclaré Paul-Alexandre Martin, 21 ans, étudiant en droit et membre de la direction nationale du FNJ.

Une campagne imminente

Quelques milliers de faux billets biodégradables ont été imprimés pour l'occasion, selon l'un des responsables du FN. A la fin de l'opération, les militants du FNJ ont raccompagné Marine Le Pen vers sa voiture aux cris de «Marine présidente». La présidente du Front national a estimé qu'il fallait arrêter en France «la cure d'austérité terrifiante qui est la contrepartie du sauvetage de l'euro».

«Comment peut-on imposer aux Français (...) de nouvelles taxes (...) et d'un autre côté alimenter de 15 milliards d'euros supplémentaires en Grèce l'incendie de l'euro?», a-t-elle demandé. La présidente du FN, qui a déclaré qu'elle allait bientôt «faire campagne», a annoncé qu'elle mobiliserait les cadres de son parti en vue de la présidentielle lors des «journées d'été de Marine Le Pen» les 10 et 11 septembre à Nice.