Soutenu par Michel Vauzelle, François Hollande dénonce le plan de rigueur

© 2011 AFP

— 

François Hollande, candidat à la primaire socialiste, favori des sondages, a dénoncé ce mardi le «manque de courage et de cohérence» du plan de rigueur examiné à l'Assemblée nationale, lors d'une conférence de presse où il a reçu le soutien de Michel Vauzelle.

«Avant de faire des règles d'or, il faudrait faire une politique en or», a ironisé le député de Corrèze quelques heures avant l'examen à l'Assemblée des mesures de rigueur du gouvernement applicables en 2011. «On attendait un cap, nous avons un horizon à quelques jours. On attendait de la cohérence et du courage, nous avons des négociations et la victoire des lobbyistes», a ajouté François Hollande, déplorant que le collectif budgétaire épargne les plus privilégiés. «Les soubresauts dans la majorité m'ont donné raison. On va frapper les hôtels de luxe, pourquoi pas?», a-t-il commenté au sujet de cette nouvelle taxe adoptée en commission, à la place de celle sur les parcs d'attraction.

«Personne n'a le monopole du mitterrandisme»

Président de la région Provence Alpes Côte d'Azur (Paca) et ex-ministre de la Justice, Michel Vauzelle a apporté son soutien à François Hollande dans la course à l'investiture PS pour 2012, saluant un défenseur «des valeurs de gauche avec cette capacité de rassembler les républicains au-delà des rangs socialistes», comme François Mitterrand. «Personne n'a le monopole du mitterrandisme», a glissé l'ex-garde des Sceaux de François Mitterrand, qui était initialement opposé au processus de la primaire. La primaire doit désigner celui «qui peut battre Nicolas Sarkozy et écarter Marine Le Pen», a dit François Hollande, pour qui les scores du FN dans les sondages étaient «impressionnants».

Interrogé sur la possible mise en examen de Jean-Noël Guérini, qui est convoqué jeudi devant un juge, Michel Vauzelle a refusé de s'exprimer avant la justice. François Hollande a répété qu'il soutenait la position de Harlem Désir (le président PS du conseil général des Bouches-du-Rhône devra «immédiatement» quitter ses responsabilités au sein du PS s'il est mis en examen).