Plainte de Jean-Vincent Placé: Alain Marleix est «allergique» au racisme

POLITIQUE L'élu parle d'«interprétation erronée» de ses propos...

© 2011 AFP

— 

Le conseil des ministres a donné mercredi son feu vert au chantier du redécoupage des circonscriptions législatives, le premier depuis deux décennies, qui devrait conduire, dans un an, une vingtaine de départements à perdre ou gagner des députés.
Le conseil des ministres a donné mercredi son feu vert au chantier du redécoupage des circonscriptions législatives, le premier depuis deux décennies, qui devrait conduire, dans un an, une vingtaine de départements à perdre ou gagner des députés. — Eric Feferberg AFP

On l'a mal compris, c'était donc ça. L'ex-secrétaire d'Etat Alain Marleix (UMP) a déploré mardi une «interprétation erronée» de ses propos sur l'écologiste Jean-Vincent Placé, assurant être totalement «allergique à toute forme de racisme».

Samedi, le député du Cantal avait provoqué la colère de l'opposition pour avoir qualifié de «Coréen national» le responsable d'Europe Ecologie-Les Verts, tête de liste aux sénatoriales dans l'Essonne. La gauche avait dénoncé des propos racistes et demandé des sanctions contre Alain Marleix.

Il regrette d'avoir blessé Placé

Jean-Vincent Placé a annoncé lundi avoir l'intention de porter plainte. «L'interprétation donnée à ces deux mots est tout à fait exagérée. Elle ne reflète en rien mon opinion sur M. Jean-Vincent Placé», a déclaré Alain Marleix à l'AFP.

«La vie entière et mon combat de toujours lié au gaullisme montrent que je suis allergique à toute forme de racisme», a-t-il affirmé. «Si cette interprétation erronée (de mes propos) a pu blesser, je le regrette», a dit encore l'ancien secrétaire d'Etat.