Placé (EELV) «choqué» par des propos du député UMP Marleix

POLITIQUE Le député UMP Alain Marleix a qualifié Jean-Vincent Placé, conseiller politique, de «coréen national»

© 2011 AFP

— 

Jean-Vincent Placé, conseiller politique de Cécile Duflot à Europe Ecologie Les Verts (Europe Ecologie Les Verts) à La Bellevilloise à Paris, le 2 mars 2011
Jean-Vincent Placé, conseiller politique de Cécile Duflot à Europe Ecologie Les Verts (Europe Ecologie Les Verts) à La Bellevilloise à Paris, le 2 mars 2011 — REVELLI-BEAUMONT/SIPA

Jean-Vincent Placé, conseiller politique de Cécile Duflot (Europe Ecologie-Les Verts) et tête de liste d'une liste d'union de la gauche pour les sénatoriales en Essonne, s'est dit «choqué» samedi par les propos d'Alain Marleix (UMP) le qualifiant de «Coréen national».

«notre Coréen national, Jean-Vincent Placé, va avoir chaud aux plumes!»

Sur publicsenat.fr, le responsable UMP chargé des élections commentait les élections sénatoriales du 25 septembre. Jugeant que la majorité aura «une avance assez nette» au Sénat, Alain Marleix parle de la division à gauche. «Depuis 2 ou 3 jours, on voit des listes de gauche dissidentes: Daniel Raoult dans le Maine-et-Loire, en Moselle, en Meurthe-et-Moselle, dans le Pas-de-Calais, avec la liste du sénateur Sergent. Aussi dans l’Essonne, où notre Coréen national, Jean-Vincent Placé, va avoir chaud aux plumes!».

Pour Jean-Vincent Placé, «s'il appartient à la liberté d'expression du Monsieur 'charcutage électoral' de l'UMP de faire les pronostics qu'il souhaite sur le résultat des élections sénatoriales, même si cela s'apparente davantage à la méthode Coué qu'à la froide analyse électorale, le propos tenu à mon sujet est particulièrement choquant».

Uniquement français depuis 34 ans

«Non que le fait d'être Coréen ne soit bien évidemment d'une quelconque infamie mais bien tout simplement parce que je suis Français depuis 34 ans et uniquement français», ajoute dans un communiqué le vice-président EELV du Conseil régional d'Ile-de-France, rappelant avoir été adopté en 1975 par une famille normande et naturalisé 2 ans plus tard.

«Cela démontre une fois de plus la lepénisation avancée de l'UMP après les propos condamnés de M. Hortefeux sur 'l'Auvergnat', le débat scandaleux sur la bi-nationalité porté par l'extrême droite populaire et les attaques indignes d'un Premier ministre, Monsieur Fillon, à l'encontre d'Eva Joly», poursuit M. Placé.

«Pour M. Marleix, manifestement, seul le sang donne le droit d'être français. C'est une honte qu'un élu de la République puisse tenir de tels propos», estime-t-il, concluant: «aujourd'hui il s'agit de moi, demain il dira de Manuel Valls 'notre Espagnol national' ou de Rachida Dati 'notre Marocaine nationale' ou de Rama Yade 'notre Sénégalaise nationale'».