Affaire Bettencourt: Retour sur cinq ans de rebondissements judiciaires

POLITIQUE L'affaire Bettencourt a commencé en 2007...

20minutes.fr, avec agences

— 

Quelques heures plus tôt, la journée avait été marquée par un autre coup de théâtre. Après deux demandes infructueuses, Françoise Bettencourt-Meyers a en effet obtenu d'une juge des Hauts-de-Seine qu'elle instruise une demande de mise sous tutelle de sa mère, Liliane Bettencourt.
Quelques heures plus tôt, la journée avait été marquée par un autre coup de théâtre. Après deux demandes infructueuses, Françoise Bettencourt-Meyers a en effet obtenu d'une juge des Hauts-de-Seine qu'elle instruise une demande de mise sous tutelle de sa mère, Liliane Bettencourt. — Patrick Kovarik AFP/Archives

«L’affaire Bettencourt». Cette histoire tortueuse, mêlant secrets familiaux, argent, manipulations et hommes politiques de premier plan... Retour sur la chronologie d'une histoire sans fin, dont le dernier épisode est la mise en examen de Nicolas Sarkozy, le 21 mars 2013, pour «abus de faiblesse».

Décembre 2007, lorsque Françoise Bettencourt-Meyers, fille de Liliane Bettencourt - l’unique héritière milliardaire de l’empire L’Oréal, porte plainte pour abus de faiblesse contre François-Marie Banier. Elle accuse ce photographe d’avoir volé sa mère, 87 ans, depuis une dizaine d’années, à hauteur d’un milliard d'euros. La fille demande des expertises sur la santé mentale de sa mère, et l’intervention d’un juge des tutelles pour obtenir la «protection judiciaire» de sa mère.

Décembre 2008. Liliane Bettencourt, qui nie toute altération mentale, critique la «jalousie» de sa fille par rapport à François-Marie Banier, estimant que l’initiative est «d’une grande bêtise».

2010, le tournant de l’affaire. La police judiciaire reçoit des enregistrements sonores de réunions de Liliane Bettencourt, réalisés par l’ancien maître d’hôtel. Ces enregistrements pirates montreraient que l’entourage de la milliardaire dissimule des fonds placés à l’étranger pour éviter le fisc. Les bandes révèleraient en outre l’intervention de l’Elysée dans la procédure judiciaire, tout comme les liens qui unissent Liliane Bettencourt, le ministre du Budget Eric Woerth et sa femme, engagée dans la société qui gère la fortune de Liliane Bettencourt.

Mars 2010. Un enregistrement viserait directement l’Elysée. On y entendrait le gestionnaire de fortune Patrice de Maistre demander à Liliane Bettencourt de signer trois chèques. L’un pour la ministre Valérie Pécresse, qui fait campagne pour les régionales en Ile-de-France, un autre pour Eric Woerth, ministre du Budget et trésorier de l'UMP, et un dernier pour le président de la République, Nicolas Sarkozy.

>> Le diaporama des protagonistes de l'affaire Bettencourt

L’été 2010 est particulièrement tourmenté. L’ancienne comptable des Bettencourt, Claire Thibout, est plusieurs fois interrogée par la police. Elle déclare alors avoir assisté à ce qu'elle pense être des remises d'argent avant l’élection présidentielle de 2007, laissant d'abord entendre que Nicolas Sarkozy pouvait être l'un d'entre eux, puis l'excluant catégoriquement et démentant des propos rapportés par la presse. L’été est également marqué par la rivalité, au tribunal de Nanterre, entre les juges Isabelle Prévost-Desprez et Philippe Courroye, un proche de Nicolas Sarkozy.

Novembre 2010. Le ministre Eric Woerth, jusqu’alors soutenu par le Président, est débarqué du ministère du Budget, et remplacé par François Baroin. Ce même mois, la Cour de cassation transfère l'ensemble des dossiers de cette affaire au tribunal de Bordeaux, contre l’avis de l’avocat général.

Décembre 2010. Surprise: Françoise et Liliane Bettencourt trouvent un accord. Les deux femmes et François-Marie Banier s'engagent à mettre fin aux poursuites judiciaires qu'ils ont engagées les uns contre les autres; le mari et les enfants de Françoise Bettencourt-Meyers obtiennent une plus grande influence au sein de la holding Théthys, qui gère la fortune de Lilianne Bettencourt; Patrice de Maistre quitte ses fonctions de gestionnaire de fortune de l’héritière de L’Oréal. Enfin, François-Marie Banier, écarté de la milliardaire, s'engage à ne plus recevoir de dons de sa part.

2011, nouveaux épisodes. Mars de cette année: La plainte pour abus de faiblesse est classée définitivement. En avril, la justice déclare les enregistrements clandestins du majordome exploitables. A Bordeaux, les juges d’instruction organisent les affaires Bettencourt en huit instructions distinctes. Le siège de l'UMP est perquisitionné.

Juin 2011. L’affaire repart lorsque Françoise Bettencourt-Meyers saisit de nouveau la juge des tutelles, qui considère la milliardaire comme «dans l’impossibilité de pourvoir seule à ses intérêts». La fille accuse l’entourage de sa mère, et plus particulièrement son avocat, Me Pascal Wilhelm, de la manipuler et de la couper de sa famille. Réponse de Liliane Bettencourt: «Ma fille est quelqu’un d’un peu dérangé».

Août 2011. Le président de la République Nicolas Sarkozy est mis en cause dans cette affaire par la juge Isabelle Prévost-Desprez. L’Elysée dément toute implication.

Décembre 2011. L'ancien gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt Patrice de Maistre est mis en examen pour abus de faiblesse.

2012, Nicolas Sarkozy visé. Janvier de cette année. La Cour de cassation accepte la procédure des enregistrements pirates effectués par l'ancien majordome de Liliane Bettencourt.

Février 2012. Coup sur coup, l'ancien ministre Eric Woerth est mis en examen pour trafic d'influence passif et pour recel de financement illicite de parti politique»

Mars 2012. L'ancien gestionnaire de forture Patrice de Maistre est écroué.

Avril 2012. Nicolas Sarkozy dément les accusations de financements illégaux de sa campagne présidentielle de 2007. Il reconnaît avoir été chez les Bettencourt en avril 2007.

Juin 2012. Fin de l'immunité de l'ancien chef de l'Etat Nicolas Sarkozy, battu à la présidentielle. L'avocat Pascal Wilhelm, mandataire de la milliardaire en 2010-2011, est mis en examen dans l'enquête sur abus de faiblesse. L'ancien gestionnaire de fortune Patrice de Maistre est mis en examen pour «trafic d'influence actif» en raison de ses rapports jugés frauduleux avec l'ancien ministre Eric Woerth et pour l'histoire de sa légion d'honneur.

Juillet 2012Perquisition des bureaux de Nicolas Sarkozy et de l'appartement de Carla Bruni par le juge d'instruction qui enquête sur des soupçons de financements illégaux de la campagne présidentielle de 2007, tandis que la juge Isabelle Prévost-Desprez est mise en examen pour «violation du secret de l'instruction», soupçonnée d'avoir informé Le Monde d'une perquisition chez Liliane Bettencourt.

Septembre 2012. L'avocat fiscaliste Fabrice Goguel est miss en examen à Bordeaux pour abus de faiblesse à l'encontre de Liliane Bettencourt pour des agissements en lien avec l'île d'Arros qu'elle possédait aux Seychelles et a revendue.

 

Novembre 2012. Nicolas Sarkozy est entendu pendant plus de 12 heures comme témoin assisté par les juges d'instruction bordelais chargés du dossier Bettencourt et échappe à la mise en examen. Son avocat, Thierry Herzog, déclare, satisfait: «C'est pour moi une victoire de la justice. J'allais presque dire que c'est déjà, je l'espère, une affaire qui n'existait pas et qui n'existe plus.» Selon le procès-verbal publié par Sud Ouest, Nicolas Sarkozy déclare aux juges que les Bettencourt ne lui ont «jamais donné un sou». Le parquet ouvre une enquête pour «violation du secret de l'instruction».

Décembre 2012. Patrice Bonduelle, notaire de Liliane Bettencourt entre septembre 2010 et octobre 2011, est mis en examen pour «complicité d'abus de faiblesse». L'homme d'affaire est entendu dans le cadre du dossier de l'investissement de 142 millions d'euros effectué par Liliane Bettencourt dans sa holding LOV Group Invest.

17 Mars 2013. L'avocat de Françoise Bettencourt-Meyers, Olivier Metzner, est retrouvé mort, flottant au large de son île privée du golfe du Morbihan. Les résultats de l'autopsie démontrent que l'avocat s'est suicidé.

21 Mars 2013. Nicolas Sarkozy est mis en examen pour «abus de faiblesse». Cette décision du juge d'instruction Jean-Michel Gentil a été prise à l'issue d'une confrontation à laquelle ont participé au moins quatre membres du personnel de Liliane Bettencourt. L'avocat de Nicolas Sarkozy, Thierry Herzog, annonce son intention de former un recours auprès de la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Bordeaux.