Affaire DSK: Questions sur une journée cruciale

DECRYPTAGE Dominique Strauss-Kahn est convoqué au tribunal mardi pour une audience cruciale, où devrait se jouer l'avenir de l'ancien patron du FMI…

Alexandre Sulzer

— 

Anne Sinclair et Dominique Strauss-Kahn quittent le tribunal, le 1er juillet à New York.
Anne Sinclair et Dominique Strauss-Kahn quittent le tribunal, le 1er juillet à New York. — BRENDAN MCDERMID / REUTERS

Deux journées importantes dans l’affaire DSK. Mardi, une audience cruciale se tient au tribunal de Manhattan tandis que lundi soir, la victime présumée, Nafissatou Diallo, est convoquée au bureau du procureur Cyrus Vance. Une procédure rare qui fait couler beaucoup d’encre. Décryptage.

Pourquoi le procureur a-t-il convoqué Nafissatou Diallo?

Officiellement, il s’agit d’expliquer «ce qui va se passer» le jour suivant. Mais, selon des informations du New York Post et du New York Times, Cyrus Vance devrait avertir la victime  qu’il s’apprête à déposer une motion d’abandon des charges.

Pourquoi le parquet jetterait-il l’éponge?

Toujours selon les informations de la presse américaine, le procureur entend démontrer qu’il ne pourra jamais démontrer la culpabilité de DSK «au-delà d’un doute raisonnable». Selon des proches du dossier, ce n’est pas tant le «background» de Nafissatou Diallo qui pose problème mais le fait qu’elle ait persisté à mentir au fil des semaines, rejetant sur des tiers la responsabilité de ses mensonges, par exemple sur son dossier d’asile. «Nous ne pouvons pas dire au jury qu’elle n’a cessé de nous mentir mais qu’il doit la croire», insiste cette source proche du dossier.

Quelle est la suite judiciaire?

Le juge Michael Obus sera obligé de suivre la demande du parquet et devrait donc classer l’affaire. La défense de Nafissatou Diallo n’aurait alors aucun recours possible. DSK devrait être libre de ses mouvements et pourrait notamment revenir en France s’il le désire. Mais DSK ne serait  pas totalement sorti d’affaire pour autant. En effet, en parallèle à cette procédure pénale, Nafissatou Diallo a lancé une procédure civile pour toucher des dommages et intérêts. Et DSK peut très bien être condamné à en verser sans pour autant avoir été condamné au pénal.

Cyrus Vance joue-t-il sa réélection?

L’enjeu est bien sûr vital pour lui. Mais aucune solution ne paraît bonne dans son cas. S’il poursuit DSK, la base sur laquelle le dossier s’appuie paraît fragile. S’il abandonne, comme c’est vraisemblablement le cas, il risque d’être la cible d’associations de défense des droits civiques et des droits des femmes qui ont souvent pris le parti de Nafissatou Diallo. On lui reprochera également d’avoir été aussi intransigeant envers DSK au début de la procédure avant de faire volte-face.

Un retour de DSK en politique est-il vraisemblable?

Certains veulent y croire mais cela paraît compliqué. Le dossier Diallo n’est pas complètement vide et il est avéré qu’il a eu une relation sexuelle avec elle (consentie ou pas). L’affaire continuera de faire flotter autour de lui un parfum de scandale. DSK n’a pas indiqué s’il souhaitait rentrer en France rapidement ou non. Peut-être pourrait-il saluer d’abord certains de ses anciens collègues à Washington… Selon Le Parisien, il aurait envisagé de publier une tribune dans la presse américaine cet été sur la crise de la dette et non sur les primaires socialistes. Ses préoccupations immédiates semblent donc éloignées de la rue de Solférino.