Pour Luc Chatel, le système éducatif français pourrait s'inspirer de la Finlande

EDUCATION Il a notamment admiré la personnalisation de l'enseignement, la grande autonomie des établissements...

© 2011 AFP

— 

Le ministre de l'Education nationale, Luc Chatel, a lancé lundi trois chantiers pour améliorer le fonctionnement des établissements de réinsertion scolaire (ERS) dont il a reconnu et "assumé" les incidents, sans remettre en cause le dispositif lui-même.
Le ministre de l'Education nationale, Luc Chatel, a lancé lundi trois chantiers pour améliorer le fonctionnement des établissements de réinsertion scolaire (ERS) dont il a reconnu et "assumé" les incidents, sans remettre en cause le dispositif lui-même. — Lionel Bonaventure AFP

La France a beaucoup à apprendre du système éducatif finlandais et pourrait «s'inspirer» de certaines de ses recettes, a estimé mercredi le ministre français de l'Education Luc Chatel lors d'une visite à Helsinki.

«Il y a un nombre de recettes, que j'ai vu fonctioner ici, qui sont transposables» dans le système français, a-t-il déclaré à l'AFP lors d'une visite d'un collège de la capitale finlandaise.

Le ministre a cité la personnalisation de l'enseignement, la grande autonomie des établissements et les missions des enseignants.

«s'inspirer des bonnes recettes»

«C'est utile, parce que nous n'avons pas de très bons résultats, de s'inspirer des bonnes recettes», a-t-il estimé, en visite dans un pays régulièrement distingué pour ses performances par une étude de l'OCDE (Organisation pour la coopération et le développement économiques) réalisée dans plus de 60 pays.

Revenant sur sa visite au collège Itäkeskus, il a précisé avoir «été frappé par plusieurs spécificités, et d'abord une grande autonomie qui est donnée aux établissements. Ensuite, le continuum entre le collège et l'école, qui permet d'avoir un enseignement progressif».

«La personnalisation de l'enseignement prépare aux difficultés très en avance, et on y remédie immédiatement», a souligné le ministre.

«un système d'éducation moderne»

Après avoir écouté et interrogé des enseignants finlandais sur des questions de responsabilité, de budget, de salaires et d'horaires de travail, il a également trouvé «très intéressante» «l'adaptation des rôles et des missions des enseignants à un système d'éducation moderne».

Ces missions «n'englobent pas uniquement l'instruction, mais aussi le soutien scolaire et le travail en équipe pédagogique», a-t-il décrit.

Plusieurs entretiens fructueux

Le ministre, dont la visite se poursuivait ce jeudi, s'est dit surpris d'apprendre que tous les enseignants finlandais doivent passer trois heures par semaine pour discuter des méthodes d'enseignement, des performances individuelles des élèves et coordonner les leçons avec leurs collègues.

Luc Chatel s'est également entretenu avec son homologue finlandais, Jukka Gustafsson.

Le système éducatif finlandais avait été présenté en 2006 comme le plus performant au monde par l'étude réalisée par l'OCDE, baptisée Pisa (Programme international pour le suivi des acquis des élèves). Dans le classement publié en 2010, le pays nordique était le seul pays européen parmi les cinq premiers.