Discours de Grenoble: Marine Le Pen demande à Nicolas Sarkozy de s'excuser pour ses promesses non tenues

POLITIQUE Il y a un an, le chef de l'Etat annonçait des mesures drastiques en matière de sécurité et d'immigration...

E.M.

— 

La présidente du Front national, Marine Le Pen, le 25 mai 2011, à Lille.
La présidente du Front national, Marine Le Pen, le 25 mai 2011, à Lille. — B.CHIBANE / SIPA

Un an après le discours de Grenoble, la présidente du Front national, Marine Le Pen, a demandé samedi dans un communiqué à Nicolas Sarkozy de «présenter ses excuses aux Français pour les avoir si durement trompés».

«Chacune des promesses du discours de Grenoble peut être reprise aujourd’hui : pas une n'a été tenue, qu’il s’agisse de la déchéance de la nationalité, de la lutte contre l’immigration, des sanctions accrues contre les récidivistes, ou du démantèlement des camps de Roms», déclare-t-elle.

Discours de Grenoble

«Dans son discours de Grenoble, Nicolas Sarkozy établissait un lien entre insécurité et immigration. Mais quelles conclusions pratiques en a-t-il tiré? Strictement aucune», ajoute-t-elle.

Selon la présidente du parti d'extrême droite, deux mesures doivent être prises «immédiatement: l’arrêt de la réduction des effectifs de policiers et de gendarmes, qui continue cette année, et la suppression de toutes les pompes aspirantes de l’immigration, à commencer par l’Aide Médicale de l’Etat».

Le 30 juillet 2010 à Grenoble, le président Sarkozy avait fait une série de propositions pour mieux réprimer la délinquance, dans un discours musclé établissant un lien entre celle-ci et l'immigration. Il avait notamment demandé une accélération des expulsions de Roms.