Présidentielle 2012: Hollande met en garde contre la «surenchère» sur le budget de la culture

© 2011 AFP

— 

François Hollande, le 1er avril, en déplacement à Boulogne-sur-Mer.
François Hollande, le 1er avril, en déplacement à Boulogne-sur-Mer. — P. HUGUEN / AFP

François Hollande, candidat à la primaire socialiste, a mis en garde dimanche contre «la surenchère» à propos de la proposition de sa rivale Martine Aubry d'augmenter de «30 à 50%" le budget de la culture.

«Ce n'est pas une surenchère qu'on doit demander, c'est une politique. Après, cette politique a des conséquences financières qui ne sont pas toutes au ministère de la Culture», a déclaré à Avignon François Hollande, qui était questionné par la presse.

Il a fait valoir que «le ministère de l'Education, celui des Affaires étrangères (étaient) aussi des domaines sur lesquels il faudra réviser nos politiques publiques».

«Mais, a poursuivi le candidat, il faut faire attention de dire la vérité sur l'état de nos comptes publics et je ne tomberai pas dans une espèce d'échelle du perroquet où on va proposer plus».

«Moi je fais des priorités»

«Nous reconstruirons ce qui a été supprimé, nous essaierons d'avoir une loi de programmation pour mettre ce qui doit être fait sur 5 ans», a-t-il dit.

Vendredi à Avignon, la maire de Lille avait jugé nécessaire d'augmenter de «30 à 50%» le budget de la culture (2,7 milliards d'euros actuellement).

Invitée dimanche du «Grand rendez-vous» Europe 1/ Le Parisien, elle a précisé que cela représenterait «200 à 250 millions d'euros par an pendant cinq ans».

Détaxation des heures supplémentaires dans le viseur

Questionnée sur la phrase de François Hollande relative à «l'échelle de perroquet», Martine Aubry a répondu: «il a totalement raison, mais moi je fais des priorités».

Elle a expliqué de nouveau qu'elle financerait cette augmentation du budget de la culture avec la suppression de la détaxation des heures supplémentaires (4,5 milliards d'euros).

Comme on lui faisait remarquer que cette somme devait servir dans le projet socialiste à financer les emplois jeunes, Martine Aubry a expliqué que 3 milliards seraient «consacrés aux emplois d'avenir des jeunes dont une partie vont être formés pour faire de la médiation culturelle».