Agression de Nicolas Sarkozy: Le parquet ne fera pas appel

JUSTICE C'est ce qu'a annoncé le parquet d'Agen ce lundi...

© 2011 AFP

— 

Interpellation de l'individu qui a violemment agrippé Nicolas Sarkozy le 30 juin 2011 à Brax (Lot-et-Garonne).
Interpellation de l'individu qui a violemment agrippé Nicolas Sarkozy le 30 juin 2011 à Brax (Lot-et-Garonne). — Caroline Blumberg / POOL / AFP

Le parquet d'Agen a indiqué ce lundi qu'il ne ferait pas appel de la décision du tribunal correctionnel qui a condamné vendredi à six mois de prison avec sursis l'homme qui avait brutalement agrippé par la veste le président Nicolas Sarkozy en visite dans le Lot-et-Garonne.

Le procureur de la République, Pascal Prache, qui avait réclamé neuf mois de prison dont six avec sursis à l'encontre d'Hermann Fuster, 32 ans, a indiqué ce lundi qu'il ne ferait «pas appel».

Le tribunal avait assorti sa condamnation d'une mise à l'épreuve de trois ans et, comme Pascal Prache l'avait requis, d'une obligation de soins en milieu hospitalier et d'un stage de citoyenneté de deux jours.

«En vous en prenant au président de la République, c'est un tabou qui a été brisé, celui de l'intégrité physique de celui qui est la clé de voûte des institutions», avait lancé Pascal Prache dans son réquisitoire.

Prochaines sanctions

Hermann Fuster, employé municipal au Conservatoire de musique et de danse d'Agen, avait assuré avoir plutôt voulu pousser «un coup de gueule» que «mettre un poing dans la gueule» du président.

Son employeur, la mairie d'Agen, devait se prononcer «en fin de semaine» sur des sanctions. «Lesquelles? On verra», a indiqué Bernard Lusset, premier adjoint au maire en charge notamment des ressources humaines.

«C'est difficilement concevable qu'il n'y ait pas de sanction compte tenu des obligations qui pèsent sur un fonctionnaire», a-t-il dit.

«On aurait tort de penser que ce geste est anodin», a souligné Bernard Lusset car il montre «du mépris pour une valeur fondatrice de la République : la désignation par le suffrage universel».