Réforme des retraites: «Sur l'aspect pénibilité, c'est du flan», peste François Chérèque

© 2011 AFP
— 

Le secrétaire général de la CFDT François Chérèque a déclaré sur RMC que la réforme des retraites entrée en vigueur vendredi était, sur le volet pénibilité, «du flan».

Interrogé sur ce qui le choquait le plus dans la réforme, François Chérèque a d'abord mentionné le cas de «ceux qui ont commencé à travailler tôt et qui, pour certains, vont cotiser 44 ans», par exemple «ceux qui ont commencé en apprentissage à 16 ans», alors que la réforme de 2003 «leur permettait de partir à 58 ans et de ne cotiser que 42 ans». «Cela me choque», a-t-il dit.

Réunir les 2 critères est «quasiment impossible»

«La deuxième chose qui me choque le plus, c'est les mensonges. On se rend compte que cette réforme, (sur) l'aspect pénibilité, c'était du flan». Selon lui, réunir les deux critères exigés d'un taux d'invalidité de 10% et d'une exposition pendant 17 ans à des travaux pénibles, pour pouvoir partir à 60 ans, «est quasiment impossible à faire pour une partie des personnes».

«Aujourd'hui, on n'a que quelques centaines de personnes qui peuvent bénéficier de ces départs anticipés pour pénibilité, donc c'était un mensonge» de la part du gouvernement de présenter ce dispositif comme avantageux, a pesté le dirigeant syndical.

«Doublement injuste pour les ouvriers»

Pour François Chérèque, c'est «la démonstration que la réforme est doublement injuste pour les ouvriers».

Le leader cédétiste a aussi estimé que «si la gauche revenait au pouvoir, il faudrait qu'elle se pose la question, non pas de revenir en arrière, mais de faire autre chose, de faire un système plus juste, à la carte, avec des choix individuels» en prenant en compte principalement «la durée de cotisation».