Retrait d'Afghanistan: Ségolène Royal note un «revirement» de Sarkozy mais qui «va dans le bon sens»

© 2011 AFP

— 

Ségolène Royal a vu ce jeudi dans l'annonce d'un retrait progressif des troupes françaises d'Afghanistan, dans le sillage du retrait américain, un «revirement» de Nicolas Sarkozy, assurant toutefois que cela va «dans le bon sens».

Ce retrait, qui «va dans le bon sens», est un «revirement» de la part du président Sarkozy, a dit la candidate aux primaires du PS sur France 2.

Une question qui devrait «faire l'objet d'un débat à l'Assemblée»

Pour la présidente de Poitou-Charentes, il est «dommage que la France ait été suiviste, alors il est évident que ce retrait programmé correspond aux intérêts» du pays.

«La France doit conduire une politique diplomatique indépendante et là, il a fallu que Barack Obama vienne à l'évidence et annonce un retrait progressif d'Afghanistan pour que la France suive cette position, alors qu'il y a encore quelques semaines, le président Sarkozy affirmait qu'il n'était pas question de se retirer» du pays, a-t-elle expliqué.

Affirmant avoir «toujours toujours plaidé pour un retrait progressif», Ségolène Royal a jugé que cette question devait «faire l'objet d'un débat à l'Assemblée nationale». «Sur ces questions, il doit y avoir un consensus entre les différents groupes politiques», a-t-elle dit.