Le PS dénonce «l'échec» de la politique sécuritaire du gouvernement

Reuters

— 

Le Parti socialiste a dénoncé lundi «l'échec» de la politique sécuritaire du gouvernement après les violences de ces derniers jours en banlieue parisienne. «On sent une montée extrêmement forte de la tension et de la violence dans la société française», a déploré Benoît Hamon, porte-parole du PS, lors de son point de presse hebdomadaire.

«Ces violences sont en augmentation et marquent l'échec d'un gouvernement qui avait promis la concorde et on constate un peu partout la discorde», a-t-il poursuivi, dénonçant «l'échec depuis presque dix ans» de Nicolas Sarkozy, ancien ministre de l'Intérieur devenu président de la République.

«L’Etat a démissionné»

Pour le PS, la «politique du chiffre» du gouvernement doit être remplacée par des mesures visant à démanteler les réseaux de trafiquants de drogue. «L'Etat a démissionné. C'est un échec et face à cet échec, il faut pouvoir répondre sur le court terme - la sécurisation - et sur le long terme par le démantèlement de ces réseaux qui sont à l'origine de cette insécurité», a poursuivi Benoît Hamon.

Le porte-parole du PS a en revanche repoussé l'idée de faire intervenir l'armée pour rétablir la sécurité, comme l'avait suggéré le maire de Sevran.

Une fillette a été blessée dimanche soir lors d'affrontements dans une cité de l'Essonne -incident qui s'ajoute aux récentes violences à Sevran, en Seine-Saint-Denis, lors de règlements de compte entre trafiquants de drogue.