Affaire DSK: Hollande grand gagnant de la mise à l'écart de Strauss-Kahn

SONDAGE Parce qu'il semble y avoir une «proximité» entre les deux hommes, mais aussi parce que l'ex-Premier secrétaire du PS semble vraiment vouloir y aller...

B.D.

— 

Dominique Strauss-Kahn et François Hollande lors d'un meeting à Paris, le 29 mai 2007.
Dominique Strauss-Kahn et François Hollande lors d'un meeting à Paris, le 29 mai 2007. — REUTERS/Jacky Naegelen

Il n'y aura pas de primaire socialiste pour Dominique Strauss-Kahn, en détention préventive aux Etats-Unis. Une mise à l'écart qui profite à François Hollande, comme le montre un sondage Harris Interactive pour Le Parisien publié ce mardi.

Ainsi, 49% des sympathisants socialistes sondés (37% des personnes qui se déclarent de gauche) donnent leur préférence à l'ex-Premier secrétaire du PS pour être leur champion socialiste en remplacement de DSK, empêché. En seconde position, Martine Aubry ne recueille que 23% des préférences des sympathisants socialistes sondés (22% chez les sympathisants de gauche).

Ségolène Royal arrive en troisième position avec 10% chez les socialistes. Viennent ensuite Arnaud Montebourg et Manuel Valls. Enfin, ils sont 21% des sympathisants de gauche et 14% de ceux du PS à ne choisir «aucun» des candidats.

«Proximité» entre DSK et Hollande

Pour le politologue Jean-Daniel Lévy, directeur de Harris Interactive, cité par Le Parisien, François Hollande est le seul à vraiment bénéficier du forfait de DSK car «il y a une certaine proximité entre les deux personnages, tous deux mettant l’accent sur les questions économiques et avançant des propositions plutôt posées, si l’on se fonde sur ce que dit Hollande et ce que laissait entrevoir DSK».

Seconde explication: Hollande «donne l’impression de vraiment vouloir y aller. Par comparaison, Martine Aubry ne dégage pas une même détermination, sa candidature apparaîtrait aujourd’hui comme une candidature par défaut».