Dominique Strauss-Kahn arrêté: Les questions pour comprendre l'affaire d'agression sexuelle

POLITIQUE Après son inculpation pour «agression sexuelle» et «tentative de viol»...

Pierre Koetschet

— 

Un van devant l'hôtel de police de Harlem, New York, où Dominique Strauss-Kahn aurait passé la nuit du 14 au 15 mai 2011.
Un van devant l'hôtel de police de Harlem, New York, où Dominique Strauss-Kahn aurait passé la nuit du 14 au 15 mai 2011. — Seth Wenig/AP/SIPA

C'est un coup de tonnerre politique. Le patron du FMI et probable candidat à la primaire socialiste Dominique Strauss-Kahn a été arrêté samedi à New York et inculpé dans la nuit d’agression sexuelle et de tentative de viol. 20Minutes fait le point sur cette affaire.

Qu’est-il reproché à DSK?

Le patron du FMI a été officiellement inculpé dans la nuit d’«agression sexuelle», de «tentative de viol» et de «séquestration» pour le parquet de New York. Il lui est reproché d’avoir agressé une femme de chambre d’un hôtel Sofitel proche de Times Square dans lequel le patron du FMI séjournait dans une suite à 3.000 dollars.

Comment s’est déroulée l’agression présumée?

Selon le récit de la police, une femme de ménage serait rentrée dans la suite qu’elle pensait inoccupée. DSK lui était dans la salle de bain et serait sorti nu dans sa chambre où il serait tombé sur la femme de chambre. Il aurait alors tenté d’obtenir des faveurs sexuelles dans la chambre et dans la salle de bain de la femme de chambre de 32 ans qui se serait débattue et aurait pu s’enfuir, alors que DSK avait pris soin de fermer la porte, toujours selon le récit de la police, qui précise que la jeune femme a été par la suite conduite à l'hôpital pour des blessures mineures.

DSK a-t-il pris la fuite?

C’est le mot employé par la police américaine qui indique que DSK est parti précipitamment de sa chambre dans laquelle la police aurait retrouvé son téléphone portable.

Comment se défend le patron du FMI?

Par le silence. Interpellé par la police dans la cabine des premières classe d’un avion Air France en partance pour Paris cinq minutes avant le décollage, DSK n’a pas répondu aux questions des enquêteurs et son avocat a fait savoir qu’il plaidait non coupable.

Est-ce la première polémique le concernant?

Non. Au-delà de l’affaire de la Porsche et des différents articles sur son train de vie, DSK a toujours eu une réputation de séducteur. En 2008, il avait d’ailleurs failli quitter le FMI quand sa liaison avec une économiste hongroise du FMI, Piroska Nagy, avait été rendue publique. Mais entre adultère et agression sexuelle, il y a une grande différence que ne manquent pas de pointer les proches de DSK. «Cela ne lui ressemble pas», assure le député Jean-Marie Le Guen.

Est-ce une manipulation?

C’est une explication avancée du bout des lèvres par des partisans de DSK, d’autant que les circonstances restent encore floues. «Il faut attendre que les choses soient décantées et voir si c'est réel ou une provocation», a déclaré à Reuters Me Léon-Lef Forster, un de ses avocats français.

DSK ava-t-il être obligé de démissionner?

L’avenir de DSK s’est singulièrement assombri. En tant que patron du FMI il est attendu pour une série de réunion à Bruxelles et Berlin cette semaine. Mais pour l’instant, la police américaine a confisqué son passeport, et rien n’indique qu’elle pourrait lui rendre. Dimanche matin, le FMI a publié un communiqué laconique expliquant qu’il continuait à fonctionner normalement.