Quotas dans le foot: une affaire «révélatrice de dérives» dans la société, estime Bayrou

POLEMIQUE Le président du MoDem estime toutefois que l'on ne peut pas parler de racisme dans ce dossier...

© 2011 AFP

— 

François Bayrou, le  12 février 2011, lors d'une conférence de presse au siège du MoDem.
François Bayrou, le  12 février 2011, lors d'une conférence de presse au siège du MoDem. — P. VERDY / AFP

Le président du MoDem, François Bayrou, a jugé dimanche l'affaire des quotas dans le football «révélatrice d'un certain nombre de dérives de la société française», même si, au fond, on ne peut pas parler de «racisme» dans ce dossier.

>> La réaction de Zinedine Zidane à lire par ici

«Est-ce qu'il y a du racisme dans le football et est-ce que (le sélectionneur des Bleus) Laurent Blanc est raciste? Ce que je sens, c'est que non», a déclaré le leader centriste, invité du «Grand Rendez-vous» Europe 1/Le Parisien-Aujourd'hui en France.

Débat sur l'identité nationale

«Il suffit d'aller sur les terrains de football de tous niveaux, de l'équipe de France jusqu'aux poussins dans les quartiers, pour voir que le football est précisément, au contraire, sans doute l'endroit où la diversité est la plus grande», a-t-il ajouté.

François Bayrou a réaffirmé sa vive opposition au principe d'instaurer des quotas, qui, d'après les révélations de Mediapart, aurait été approuvé par plusieurs dirigeants du football dont Laurent Blanc concernant les binationaux.

«Je considère qu'on ne peut pas traiter les être humains uniquement par rapport à leur origine», leur religion ou la consonance de leur nom, a justifié le député des Pyrénées-Atlantiques, très probable candidat à la prochaine présidentielle.

«Cette question que ces derniers mois, à coup d'identité nationale, on a essayé d'introduire dans le débat public en France est une question qui est un poison mortel (...) Lorsqu'on introduit cette question dans une société comme la société française on la pourrit jusqu'à la moelle», a insisté M. Bayrou.

«On est en train de prendre un mauvais chemin et cette affaire du foot est révélatrice d'un certain nombre de dérives de la société française», a-t-il conclu.