Mort de Patrick Roy: Le député UMP Bernard Debré dénonce «les larmes de crocodile» et «le spectacle totalement déplacé»

VIDÉO ebré, médecin de profession, affirme avoir été «très mal à l'aise» et estime que la maladie ne doit pas être montrée...

Julien Ménielle

— 

Patrick Roy, le député-maire socialiste de Denain, le 14 mars 2011 à l'Assemblée, pour son retour après un traitement contre le cancer du pancréas.
Patrick Roy, le député-maire socialiste de Denain, le 14 mars 2011 à l'Assemblée, pour son retour après un traitement contre le cancer du pancréas. — J. DEMARTHON/ AFP

Dans un bel élan d’unité, l’Assemblée nationale a observé mardi un minute de silence en mémoire de Patrick Roy, député-maire de Denain emporté par un cancer du pancréas. Les réactions, de droite comme de gauche, ont salué l’homme à la veste rouge, très apprécié dans l’Hémicycle, qui les avait tous émus pour son retour, en mars, en les remerciant pour leurs messages de soutien. Tous? Non, car le député UMP de Paris Bernard Debré a de son côté jugé le spectacle «totalement déplacé».

Bernard Debré, médecin de profession, explique d’abord à l’Express.fr avoir été «très mal à l’aise» en entendant «ces espèces d’applaudissements» et en voyant «ces larmes de crocodiles» jusque dans les yeux du président de l’Assemblée Bernard Accoyer. «La maladie est quelque chose d’intime, elle ne doit pas être mise sur la place publique comme on l’a fait», estime-t-il. Selon lui, donc, «ce spectacle était totalement déplacé», répète-t-il devant les caméra de France 3 Nord-Pas-de-Calais, avant de se demander: «Mais où est-on? Mais où est-on?»

>> La saga Patrick Roy en vidéo, c'est par ici