Nicolas Sarkozy en visite en Corrèze sur la politique forestière

POLITIQUE Le président de la République est en visite ce jeudi en Corrèze, sur le thème de la filière bois...

Anne-Laëtitia Béraud

— 

Le président de la République Nicolas Sarkozy s’exprime lors de l’installation du Conseil national numérique (CNN), à l’Elysée, le 27 avril 2011.
Le président de la République Nicolas Sarkozy s’exprime lors de l’installation du Conseil national numérique (CNN), à l’Elysée, le 27 avril 2011. — AP Photo/ Thibault Camus

Cap sur l’écologie pour le président de la République, ce jeudi en visite en Corrèze. Nicolas Sarkozy y vient débattre de la politique forestière. Après une visite en forêt, le Président rejoindra le pôle bois de Tralebos, avant de présider une table ronde sur le thème «valoriser nos forêts» au centre d'Egletons.

Ce voyage en Corrèze, le premier depuis 2007, sera également marqué par la rencontre de deux élus locaux, Bernadette Chirac, conseillère générale, et François Hollande, président de l’assemblée départementale, et rival potentiel pour l’élection présidentielle de 2012.

Echec de la taxe carbone

Cette visite représente une reprise en mains du sujet de l’écologie par le chef de l’Etat, qui a connu dans ce domaine plusieurs échecs. En  effet, si Nicolas Sarkozy s’était engagé en 2007 au sein du pacte écologique initié par Nicolas Hulot, son projet de fiscalité écologique n’a pas abouti. Le projet de taxe carbone a été retoqué par le Conseil constitutionnel en décembre 2009.

Autre initiative dont le résultat est apparu en demi-teinte: le sommet de Copenhague, tenu en décembre 2009. Annoncée en fanfare, cette rencontre des chefs d’Etat du monde entier s’était finalement conclue par un accord a minima, sans mesure contraignante pour enrayer le réchauffement climatique. Selon Nicolas Hulot, ce sommet représentait «un formidable gâchis»

Un Nicolas Hulot qui apparaît aujourd’hui, avec l’annonce récente de sa candidature à la présidentielle, un concurrent sérieux du Président sur le thème de l’écologie. Mais le rival le plus crédible du chef de l’Etat reste l’ex-ministre de l’Ecologie Jean-Louis Borloo, qui a récemment quitté, à grand fracas, le parti de la majorité. Et qui ne cache pas son désir d’incarner, à droite, une alternative à Nicolas Sarkozy.