Téléphones volés: Claude Guéant compte sur le blocage à distance pour enrayer le «fléau»

JUSTICE Le ministre de l'Intérieur a annoncé ce jeudi la mise en place d'un dispositif pour éradiquer les vols de smartphones...

© 2011 AFP

— 

Le  ministre de l'Intérieur Claude Guéant pose avec un tract d'information du ministère de l'Intérieur sur les vols de téléphones portables,  lors d'une conférence de presse en marge d'un déplacement le 14 avril 2011 à  Juvisy-sur-Orge.
Le ministre de l'Intérieur Claude Guéant pose avec un tract d'information du ministère de l'Intérieur sur les vols de téléphones portables, lors d'une conférence de presse en marge d'un déplacement le 14 avril 2011 à Juvisy-sur-Orge. — AFP PHOTO / MIGUEL MEDINA

Le ministre de l'Intérieur Claude Guéant s'est félicité ce jeudi des nouvelles dispositions comme la désactivation à distance, entrées en pratique depuis un mois, sur lesquelles il compte pour contrer le «fléau» du vol des téléphones portables. «Il y a 160.000 vols de téléphones portables (en 2010) commis avec deux caractéristiques, souvent dans les transports ou aux abords des gares, (dont) un bon nombre avec violences», a rappelé le ministre, en déplacement à Juvisy-sur-Orge, dans l'Essonne.

Un «viol» de la vie privée

Selon lui, en raison des nouvelles fonctionnalités contenues dans les appareils modernes, notamment les smartphones, «avec des données personnelles telles que photos, vidéos, adresses, nous avons là un fléau qui est également un viol» de la vie privée, a-t-il noté. Comme l'avait déjà expliqué son prédécesseur Brice Hortefeux, Claude Guéant a rappelé cette «avancée», contenue dans la loi d'orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure (Loppsi 2) du 11 mars, qui ajoute au blocage de la carte SIM, celui du portable lui-même.

«Jusqu'ici, on pouvait bloquer les cartes, là, on va pouvoir désactiver le boîtier et empêcher tout usage», a-t-il souligné. La valeur marchande des téléphones et smartphones «sera ainsi réduite à rien et il n'y aura plus d'intérêt pour les voleurs à les subtiliser», a estimé le ministre. De ce fait, «on peut espérer normalement que le nombre de vol va considérablement diminuer», a-t-il avancé.