Jean Paul II: Sarkozy renonce à assister à sa béatification au Vatican

RELIGION En plein débat sur la laïcité...

© 2011 AFP
— 
Nicolas Sarkozy et Laurent Wauquiez, au Puy-en-Velay (Haute-Loire) le 3 mars 2011. 
Nicolas Sarkozy et Laurent Wauquiez, au Puy-en-Velay (Haute-Loire) le 3 mars 2011.  — AFP PHOTO POOL - THIERRY ZOCCOLAN

Nicolas Sarkozy ne devrait finalement pas assister à la cérémonie de  béatification du pape Jean Paul II qui doit avoir lieu le 1er mai  prochain au Vatican, contrairement à ce qu'il avait un temps envisagé, a-t-on appris ce jeudi de source proche de l'Elysée.

Hormis  le président italien Giorgio Napolitano et le président polonais  Bronislaw Komorowski aucun autre chef d'Etat étranger ne devraient être  présents à Rome pour la cérémonie, a fait valoir la même source.

En outre, Nicolas Sarkozy doit se rendre à Rome quelques jours plus tôt, le mardi 26 avril, pour animer avec le président du conseil, Silvio Berlusconi, le sommet annuel franco-italien, largement consacré cette année aux questions d'immigration, a également relevé cette source.

«Manquement au principe de laïcité»

Le  président avait manifesté il y a quelques semaines, devant certains  interlocuteurs, son intention d'assister à la cérémonie de béatification  de Jean Paul II, à l'égard duquel il a souvent exprimé son admiration.

Nicolas  Sarkozy avait accompli sa deuxième visite de chef de l'Etat au  Saint-Siège en novembre dernier. Destiné à enterrer la polémique engagée  l'été dernier avec le Vatican sur la situation des Roms en France, ce  séjour, pendant lequel Nicolas Sarkozy avait rencontré Benoît XVI et  assisté à un «moment de prière» dans la basilique Saint-Pierre, avait  suscité la polémique. De nombreux responsables de la gauche avaient alors dénoncé un «manquement au principe de laïcité» de la part du président.

Depuis 2007, Nicolas Sarkozy a évoqué à de multiples reprises «l'héritage chrétien de la France», le mois dernier encore lors d'un déplacement au Puy-en-Velay (Haute-Loire), suscitant à chaque fois ces mêmes critiques.