Claude Guéant souhaite «relever le niveau d'exigence du français» pour les étrangers

IMMIGRATION 20Minutes a suivi le ministre de l'Intérieur en visite dans le Val d'Oise sur le thème de l'intégration, alors que va être discutée ce mardi après-midi la deuxième lecture du projet de loi sur l'immigration, l'intégration et la nationalité au Sénat...

Anne-Laëtitia Béraud

— 

AFP PHOTO GEORGES GOBET

«La langue française? Une clef indispensable pour vous intégrer dans notre pays», appuie Claude Guéant, ministre de l’Intérieur, en remettant un diplôme d'étude de langue française à une femme russe ce mardi matin, à la direction de l’Office français de l’immigration et de l’intégration à Cergy, dans le Val d’Oise. Sourire de l’intéressée, toute impressionnée de recevoir le diplôme des mains d’un ministre.

Quelques jours après ses déclarations polémiques sur sa volonté de baisser le volume de l’immigration légale, et au lendemain d’un déplacement au Luxembourg où il déclarait que la France allait continuer à renvoyer en Italie les migrants tunisiens venant en France, l’objectif de la visite de Claude Guéant de ce mardi matin à Ermont et Cergy est de valoriser l’intégration. Ce qui se traduit, pour le ministre de l’Intérieur, par l’apprentissage de la langue française, «impératif pour bien vivre son intégration».

«La société a des limites dans l’accueil» 

Une visite qui tombe à pic, puisque ce mardi après-midi, Claude Guéant intervient lors de la seconde lecture du projet de loi relatif à l’immigration, à l’intégration et à la nationalité. Un projet de loi à rebondissements, puisque le Sénat n’a pas suivi la Chambre basse sur plusieurs points, notamment sur le maintien en rétention des étrangers en instance d’éloignement.

Assistant à une présentation de l’association clé au centre de formation d’Ermont, le ministre apprécie les efforts réalisés par les équipes de bénévoles sur l’alphabétisation de populations étrangères. «Quelle frustration pour les mamans qui, ne sachant pas lire et écrire, ne peuvent pas suivre la scolarité de leurs enfants ou même trouver du travail», regrette-t-il.

« Relever le niveau d’exigence du français »

Dans la salle de classe, où trône en bonne place la déclaration des Droits de l’homme et du citoyen, le ministre de l'Intérieur Claude Guéant souligne vouloir réduire l'immigration légale et réguler les flux migratoires pour favoriser l'intégration des étrangers. Avant d’ajouter que «pour moi, le problème, c'est celui de la cohésion de notre société et une société a des limites dans l'accueil de personnes de nationalités étrangères».

Une dizaine de minutes en voiture plus tard, et voilà Claude Guéant à la direction de l’Office français de l’immigration et de l’intégration de Cergy: Un saut dans un cours de français avec une douzaine de participants hyperactifs, un rire sur un bon mot d’une stagiaire chinoise, avant de remettre les fameux diplômes d’étude du français.

Une exigence pour tous les étrangers

Encadré par les députés UMP du Val d’Oise Axel Poniatowski et Philippe Houillon, ainsi que Patrick Gaubert, président du Haut conseil à l’intégration, le ministre remet les diplômes à quatre participants. Il semble gai. Les visites de terrain, ça peut être réjouissant.

Claude Guéant souligne à cette occasion son voeu de «relever le niveau d’exigence du français». Si le projet de loi sur l'immigration et l'intégration prévoit déjà une telle mesure «lorsqu'il y a naturalisation», précise-t-il, son entourage explique que l'augmentation de ce niveau d'exigence pourrait être étendue aux étrangers qui souhaitent simplement s’installer en France, sans vouloir être naturalisés.

Après un dernier salut à une famille d’origine turque, qui porte dans ses bras un bébé nommé Lara, «un prénom international», s’empresse de dire la grand-mère, Claude Guéant s’engouffre dans sa voiture avant de revenir à Paris pour la séance au Sénat.

>> Les débordements systématiques sur ce type d'article contraignent la rédaction de fermer les commentaires. Merci de votre compréhension.