Les Français séduits par les propositions du PS

POLITIQUE 70 % en moyenne sont favorables, selon un sondage exclusif...

Alexandre Sulzer

— 

Martine Aubry, lors de la présentation du programme du Parti socialiste pour la présidentielle 2012, à Solférino, à Paris, le 5 avril 2011. 
Martine Aubry, lors de la présentation du programme du Parti socialiste pour la présidentielle 2012, à Solférino, à Paris, le 5 avril 2011.  — REUTERS/Benoit Tessier

Le PS peut sourire. Neuf de ses propositions, que BVA a testées auprès des Français* en exclusivité pour 20 Minutes, remportent une large adhésion. 70% des sondés s’y disent favorables en moyenne. Toutes remportent une adhésion majoritaire. Même la plus impopulaire - donner le droit aux homosexuels d’adopter un enfant - est approuvée par 53% des sondés.  Avec 80% d’avis favorables, les propositions du PS «font un carton chez les sympathisants de gauche», observe Gaël Sliman, directeur général adjoint de BVA. 

Un électorat de droite séduit

«Mais elles marchent aussi à droite» puisque 58% des sympathisants de droite y sont favorables. Parmi les mesures qui séduisent cet électorat, l’encadrement du montant des loyers (77% d’avis favorables à droite) ou le plafonnement des écarts de rémunération dans les entreprises qui ont une participation publique (75%). D’autres propositions sont plus clivantes. Par exemple, si 71% des sympathisants de gauche sont favorables au droit des homosexuels à adopter, ce taux chute à 33 % à droite. «Avoir à la fois des mesures consensuelles et d’autres qui sont des marqueurs politiques» est une bonne chose pour le PS, estime Gaël Sliman.

Globalement, 58 % des sondés estiment que le programme donne envie de voter pour celui (ou celle) qui le portera. 57% le jugent réaliste, 52% efficace, 50% ambitieux et 48% convaincant. «Les arguments hostiles n’ont pas encore eu le temps d’être largement médiatisés», relativise Eric Bonnet, directeur d’études chez BVA. «Une des principales attaques de la droite semble déjà impacter l’opinion : l’idée selon laquelle ce programme serait un programme daté.» En effet, seuls 3 % des sondés le trouvent imaginatif. «La bataille de la crédibilité n’est pas encore gagnée», conclut BVA.

Methodologie

Sondage réalisé par BVA auprès de 1 152 personnes, interrogées les 6 et 7 avril par téléphone et internet, selon la méthode des quotas.