Laïcité: Un débat plutôt sage et 26 propositions

POLITIQUE Attendue, redoutée, conspuée, la convention sur la laïcité et l'islam s’est terminée mercredi soir. La fin des débats s'est accompagnée de la présentation de 26 propositions de l'UMP...

Anne-Laëtitia Béraud, en direct de la convention de l'UMP

— 

Jean-François Copé lors du débat sur la laïcité organisé par l'UMP à Paris, le 5 avril 2011.
Jean-François Copé lors du débat sur la laïcité organisé par l'UMP à Paris, le 5 avril 2011. — AFP PHOTO BERTRAND LANGLOIS

>> Revivez toute la convention sur la laïcité et l’islam de l’UMP en direct

Un peu plus de trois heures de débats assez sages. La convention sur l’islam et la laïcité, organisée par l’UMP, s’est terminée ce mercredi soir dans un grand hôtel du quartier Montparnasse à Paris. Elle répondait au vœu exprimé en janvier par le président de la République, qui souhaitait, alors, un débat sur l’islam.

Trois heures ce mercredi soir pour rappeler le «mieux vivre ensemble», évoquer les problèmes, et… se montrer pour un certain nombre d’hommes politiques. Pour le parti de la majorité, le fil conducteur de la réunion était: réaffirmer la place de la laïcité dans la République, garantir la liberté religieuse, sans toucher à la loi de 1905, tout en évitant la stigmatisation d’une religion.

Sous la houlette de la députée UMP Valérie Rosso-Debord, animatrice des débats, une vingtaine d’intervenants ont défilé au micro. Parmi eux, le porte-parole du gouvernement François Baroin, Bruno Le Maire (Agriculture), Laurent Wauquiez (Affaires européennes) ou encore Valérie Pécresse (Enseignement supérieur). Dans la salle, sont restés silencieux le ministre de l’Intérieur Claude Guéant, le secrétaire d’Etat Georges Tron, ou encore l’ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin.

Des clarifications nécessaires

Du coté des religieux, étaient notamment présents Gilles Bernheim, Grand rabbin de France,  le prêtre Matthieu Rougé, Joël Mergui, président du Consistoire central de France, ou encore un représentant de la communauté sikh.

Parmi les absents, des représentants du culte musulman, l’imam de Drancy Hassen Chalgoumi ayant finalement jeté l’éponge. Des absences qui risqueraient de limiter la portée des débats?

Débats consensuels

Evoquant des «clarifications nécessaires» par rapport au développement de l’islam, postérieur à la loi de 1905, Jean-François Copé a dressé vers 18h les 26 propositions du parti. Au programme notamment: un code de la laïcité et de la liberté religieuse, une formation spécifique pour les responsables de ressources humaines et les inspecteurs du travail, ou encore l’interdiction de récuser un agent du service public en raison de son sexe ou de sa religion supposée.

Naviguant entre les conclusions du travail déjà réalisé par l’UMP, la présentation de cas pratiques, et quelques coups de gueule, les débats n’ont pas tenu en haleine la salle. Comble à 16h, vidée à 19h, l’assemblée a écouté des discussions plutôt consensuelles, évitant les thèmes de l’intégration et de l’immigration.

Prochaine résolution à l’Assemblée nationale

Seule sortie du maire de Montfermeil (Seine-Saint-Denis) Xavier Lemoine, critiquant les femmes et les jeunes filles «forcées de porter le foulard», «de ceux qui se sentent étrangers chez eux», reprenant ici une expression du ministre de l’Intérieur Claude Guéant. Et à Jean-François Copé de répliquer «un rapport de forces intolérable contraire aux lois de la République».

La convention terminée, c’est maintenant au tour de Jean-François Copé de déposer, dans les prochains jours, une résolution parlementaire à l’Assemblée nationale rappelant les principes de la laïcité. Un code de la laïcité devrait également voir le jour prochainement.

>> En raison de débordements sur ce type d'article, la rédaction ferme les commentaires. Merci de votre compréhension.