Islam: Pour Guéant, l'«accroissement du nombre de fidèles» est un «problème»

LAÏCITÉ ministre de l'Intérieur s'est exprimé à la veille du débat de l'UMP...

J. M., avec G. F. à Nantes

— 

Le ministre de l'Intérieur Claude Guéant répond aux questions des journalistes lors de sa visite du centre police-jeunes à Nantes, le 4 avril 2011.
Le ministre de l'Intérieur Claude Guéant répond aux questions des journalistes lors de sa visite du centre police-jeunes à Nantes, le 4 avril 2011. — F. ELSNER / 20 MINUTES

Claude Guéant n’en finit plus de lancer le débat. En déplacement à Nantes, ce lundi, à la veille de la convention de l’UMP sur la laïcité, le ministre de l’Intérieur a de nouveau abordé la question musulmane, estimant que la communauté va grandissant en France, ce qui, selon lui, pose des problèmes.

«En 1905, il y a avait très peu de musulmans en France, aujourd'hui il y en a entre 5 et 6 millions», a indiqué Claude Guéant, alors que l'Institut national de la statistique et des études économiques (Ined) avance de son côté le nombre de 2,1 millions. «Cet accroissement du nombre de fidèles et un certain nombre de comportements posent problème.» Avant d’évoquer, comme il l’avait déjà fait dans un entretien à Ouest-France, les prières de rue, qui d’après lui «choquent un certain nombre de concitoyens».

«Le problème est très important»

«Les responsables des grandes religions ont bien conscience que ce type de pratiques leur porte préjudice», a poursuivi le ministre, ajoutant que «le problème est très important: tous les représentants des grandes religions estiment que la laïcité est un principe protecteur de la liberté de conscience».

Claude Guéant en a profité pour justifier à nouveau le débat de mardi sur la laïcité. «La question interpelle nos concitoyens: Nombreux sont ceux qui pensent qu'il y a des entorses à la laïcité ;» Avant de prévenir que «le gouvernement va se prononcer la semaine prochaine, pour mieux garantir ces principes».

>> En raison de débordements fréquents sur ce type de sujets, nous nous voyons contraints de fermer cet article aux commentaires. Merci de votre compréhension.