Affaire Tapie: Christine Lagarde «n'a pas respecté la loi», assure Jean-Marc Ayrault

JUSTICE Le président du groupe socialiste à l'Assemblée a justifié les attaques visant la ministre de l'Économie...

© 2011 AFP
— 
Le chef de file des députés socialistes Jean-Marc Ayrault a souhaité que le candidat PS à la présidentielle soit désigné d'ici l'été prochain, estimant que le parti "ne peut pas attendre la fin 2011 pour avoir un candidat", dans un entretien au Talk-Orange-Le Figaro.
Le chef de file des députés socialistes Jean-Marc Ayrault a souhaité que le candidat PS à la présidentielle soit désigné d'ici l'été prochain, estimant que le parti "ne peut pas attendre la fin 2011 pour avoir un candidat", dans un entretien au Talk-Orange-Le Figaro. — Miguel Medina AFP

Jean-Marc Ayrault a dit dimanche que les députés socialistes avaient demandé la saisine de la Cour de justice de la République dans l'affaire Tapie/Crédit Lyonnais, parce que la ministre de l'Economie Christine Lagarde «n'a pas respecté la loi».

«On reproche à Christine Lagarde de ne pas avoir respecté la loi (...) Le Parlement aurait dû être saisi» pour donner «son autorisation» à la procédure du tribunal arbitral, a déclaré sur Europe 1 le président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale.

Possible «grosse faute politique»

Il a affirmé que la saisine de la Cour de justice de la République était «la seule procédure qui permet d'obtenir la vérité que Christine Lagarde n'a jamais voulu nous donner».

Alors que la ministre a annoncé samedi soir envisager d'intenter une action en justice contre les députés, auteurs de la demande de saisine de la CJR, Jean-Marc Ayrault a répondu: «Si elle porte plainte, ce sera la première grosse faute politique qu'elle fera».

«Porter plainte contre des députés, ce serait une première dans la République! Poursuivre des députés, représentants du peuple, qui font leur travail comme représentants du peuple, c'est le signe d'une grande fébrilité, d'un énervement, peut-être d'une perte de sang froid et sûrement une faute politique», a ajouté Jean-Marc Ayrault.