Nicolas Dupont-Aignan, un plagiaire? «Je ne suis pas PPDA ni Alain Minc»

POLITIQUE Il a emprunté dans son livre des passages d’un blog et d’un article...

Maud Pierron

— 

Le président de Debout la République (DLR), Nicolas Dupont-Aignan, a promis dimanche qu'il serait candidat à la présidentielle de 2012, comme défenseur de la "souveraineté" de la France avec comme priorités la sortie de l'euro et le rétablissement des frontières.
Le président de Debout la République (DLR), Nicolas Dupont-Aignan, a promis dimanche qu'il serait candidat à la présidentielle de 2012, comme défenseur de la "souveraineté" de la France avec comme priorités la sortie de l'euro et le rétablissement des frontières. — Francois Guillot afp.com

Pris la main dans le plagiat, Nicolas Dupont-Aignan? Dans le Petit Journal diffusé jeudi soir, Yann Barthès a montré que dans son livre paru jeudi, L’euro, les banques et la mondialisation: l’arnaque du siècle, le président de Debout la République avait recopié tel que trois paragraphes. Deux dans un blog de son collaborateur Laurent Pinsolle, publié sur le site de Marianne. Et l’un, copié-collé d’un article de Valeurs actuelles.

Pour lui, en tout cas, «il n’y a aucun problème». «Ne faites pas une affaire de ce qui n’en est pas», répond-il à 20Minutes. C’est que Nicolas Dupont-Aignan semble un peu désordonné quand il prépare son livre. «Pendant des mois, je découpe des articles de journaux, j’ai plein de notes partout sur mon bureau, alors oui, ça a pu arriver que je reprenne ces passages, mais il n’y a rien de choquant».Car le président de Debout la République a réponse à tout.

Le livre est épuisé

Les deux paragraphes «empruntés» à Laurent Pinsolle? «Ecoutez, on travaille ensemble, à partir des mêmes notes. Je n’ai pas vérifié mais qui vous dit que je n’ai pas prononcé ces mots dans un discours ou écrit ça sur mon blog avant», répond-il.   Et Valeurs Actuelles? Là, l’élu de Yerres fait un mini mea-culpa. «C’est vrai, l’article du journal aurait dû être sourcé. Mais l’éditeur a enlevé tous les renvois», explique-t-il. Et d’atténuer aussitôt sa faute: «j’ai vérifié les chiffres, qui viennent de l’Insee, qui sont tirés d’une dépêche».

Lorsqu’on lui dit que le fait que ces chiffres soient issus de l’Insee, cités dans une dépêche, ne lui permet pas de copier coller intégralement un passage, il répond: «Si vous le dites. C’est un passage  qui compte à 90% des chiffres, et les phrases ne font qu’introduire ces chiffres. J’aurais pu changer l’ordre des mots, d’accord», s’agace-t-il. «L’interprétation est la mienne», insiste-t-il encore.

Bref, circulez, il n’y a rien à voir. «Je ne suis pas PPDA ni Alain Minc. Tout est fait maison, il n’y a pas de plagiat, j’ai écrit tous mes livres moi-même», se félicite-t-il, glissant au passage que les 5.000 exemplaires de son ouvrage paru jeudi  sont déjà épuisés. «On est en train d’en retirer», assure-t-il.