Hollande refuse une "course de lenteur" et met en avant sa "liberté"

© 2011 AFP

— 

François Hollande (PS) a estimé jeudi qu'on ne pouvait plus être dans "une course de lenteur" en vue de la présidentielle de 2012, mettant en avant sa "liberté" par rapport à Dominique Strauss-Kahn et Martine Aubry.

Arrivé à l'aube dans le port de pêche de Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais), pour son premier déplacement de campagne au lendemain de l'annonce de sa candidature aux primaires socialistes, M. Hollande a souligné la nécessité "que la gauche et les socialistes soient incarnés".

"Je considère qu'il y a urgence, qu'on n'a pas à être dans une course de langueur, une course de lenteur. Il faut aller maintenant à l'essentiel. Les Français demandent une incarnation, demandent des propositions, demandent à savoir ce qui va se passer après 2012, on n'est pas là simplement pour critiquer Nicolas Sarkozy", a-t-il déclaré à la presse dans une entreprise de transformation de poisson.

Après "la page Sarkozy", déjà "tournée" selon lui, M. Hollande a proposé d'"écrire une nouvelle page", "avec des propositions, un travail de cohérence avec le parti socialiste, parce que c'est mon parti, parce que ça doit être demain le projet que je dois porter". "Je suis au travail, et en relation avec les Français", a-t-il fait valoir.

Interrogé sur le fait que Dominique Strauss-Kahn et Martine Aubry ont les "mains liées", le député a estimé que "c'est leur choix".

"On peut être premier secrétaire et candidat, moi ça ne me choque nullement. On ne peut pas être directeur du FMI et candidat, chacun s'organise comme il l'entend. Si Dominique Strauss-Kahn pense qu'il doit être directeur du FMI le plus longtemps possible, peut-être candidat, peut-être pas candidat, c'est son problème, c'est son affaire", a-t-il poursuivi.

"Moi je n'ai pas cette contrainte", a-t-il expliqué au lendemain de sa réélection à la présidence du conseil général de Corrèze. "Chacun doit faire avec ses atouts. Les miens c'est la liberté, c'est le travail et c'est l'engagement", a-t-il souligné.

"Je suis pas là pour faire une compétition (...), je suis là pour m'imprégner des sujets et pour porter une parole (...) de confiance en nous-mêmes", a-t-il déclaré.